Hollande, Sarkozy et le covoiturage

publié le 13 February 2014 à 09h07 par Philippe MALIDOR

À l’occasion des funérailles de Nelson Mandela, le chevalier blanc du socialisme, François Hollande, a invité le président de droite aux noirs desseins, Nicolas Sarkozy, à l’accompagner en Afrique du Sud. Tous les deux, oui, mais pas dans le même avion…

Rétrospective sur un événement à réinterpréter à la lumière des récentes recommandations de la Cour des Comptes.

 

En décembre dernier, désirant redorer son blason d’humaniste de gauche, François Hollande n’a rien trouvé de mieux que d’inviter son prédécesseur, Nicolas l’Innommable que, depuis quelque temps, il re-parvient à nommer, à venir se recueillir devant la dépouille du vainqueur de l’apartheid. Notre Président souhaite marcher sur les traces du grand homme, réconcilier les contraires, le noir et le blanc, l’enfer et le paradis, l’iniquité et la justice… Il faut reconnaître que ces derniers mois ont, depuis, continué à estomper les différences entre les deux régimes, ceci expliquant peut-être cela.

            On aurait pu penser que M. Hollande permettrait à M. Sarkozy de faire un petit vol-nostalgie dans Air Sarko One, rebaptisé Air Hollande One (rien à voir avec la KLM, qui a d’ailleurs fusionné avec Air France). Las ! L’abolition de l’apartheid à la française n’aura pas poussé l’extrémisme jusqu’à partager le même avion pour faire le trajet. Apartheid aérien à la française, donc.

            En ces temps de disette budgétaire et d’économies à faire, on eût pu penser que l’ex et l’actuel condescendraient à faire du coavionage. Ne sont-ce pas nos autorités qui nous culpabilisent de nous offrir des vacances à empreinte écologique excessive ? Ne sont-ce point elles qui nous exhortent à faire du covoiturage pour aller au boulot afin d’économiser les précieuses ressources pétrolières dont on nous dit qu’elles seront épuisées dans quarante ans ? Ne sont-ce point elles qui, faute de résorber le chômage, ont fait que les Français passent davantage leurs vacances dans l’hexagone (au demeurant riche en paysages somptueux et variés) ou même qu’ils ne partent plus du tout en vacances ? Ne sont-ce point elles qui s’apprêtent à châtier les détenteurs de vieilles guimbardes énergivoraces ? Et n’est-ce point la Cour des Comptes qui vient de fustiger les détenteurs de billets SNCF gratuits ou fortement réduits ?

I had a dream…

            Mais… mais voici que les services de la Présidence, piratant mon ordinateur tandis que j’écris, ont transmis en temps réel les lignes que je couche sur mon écran, et les ont fait connaître à MM. Hollande et Sarkozy. Et voici que, repris dans leur conscience par la justesse de mes interrogations, tous les deux ont décidé de rédiger ce communiqué dont l’Élysée me donne la primeur, afin de la faire connaître sans tarder à mes lecteurs :

 

Présidence de la République française, le 9 décembre 2013

 

Ayant eu connaissance de l’article de Monsieur Malidor, les Présidents Hollande et Sarkozy ont subitement pris conscience de l’incongruité de leur voyage aller dans deux avions séparés, voyage qu’ils ne peuvent plus, à l’heure qu’il est, annuler.

Cependant, afin de complaire à Nicolas Hulot et au citoyen Malidor, ils ont immédiatement pris contact avec le Musée des Automobiles Peugeot, afin de rééditer l’exploit réalisé naguère par André Mercier et Charles de Cortanze : le 12 janvier 1951, partis du Cap quelques semaines plus tôt, ces deux héroïques automobilistes franchissaient la porte d’Italie à bord d’une 203 Peugeot commerciale en parfait état de marche.

Cette automobile existant toujours et ayant survécu à ce raid hors du commun, MM. Hollande et Sarkozy, dans un souci d’économie et de fraternité républicaine, ont décidé de faire le retour dans ce vénérable véhicule (avec une étape en Centrafrique) qui, absolument dépourvu d’électronique, devrait pouvoir effectuer sans problème le trajet qu’il a si vaillamment accompli il y a soixante-trois ans.

 

François Hollande, futur ex-Président de la République

Nicolas Sarkozy, ex-Président de la République

 

(Ce n’était qu’un rêve)

            Hélas, cette missive élyséenne n’était qu’un rêve. Et d’ailleurs, la 203, il aurait bien fallu la transporter jusqu’au Cap. Dans quel avion ?…

            Comme il est loin, le temps où, massé au bord d’un boulevard de ma ville de province, avec ma mère et mes frère et sœurs, j’avais regardé passer le Général de Gaulle qui, à l’époque, sillonnait la France dans sa DS noire ! Certes, il lui arrivait de prendre l’hélicoptère, parfois l’avion (mais jamais pour des visites-éclair de quelques heures). Mais aujourd’hui, l’automobile présidentielle ne dépasse guère les Champs Élysées le jour du 14-Juillet.

            Il est vrai, concédons-le, que notre Président consent à quelques déplacements économiques en scooter…

 

Hollande, Sarkozy et le covoiturage

« …il y aura un roi sur nous, et nous serons, nous aussi, comme toutes les nations; et notre roi nous jugera, et il sortira devant nous et conduira nos guerres. » (1 Samuel 8.19-20)

Commentaires

Elisabeth Creme

13 February 2014, à 09:55

Je suis entièrement d'accord avec vous : ce président est une honte pour notre pays, et pourtant il a été élu par une majorité d'entre nous...
La marque "Peugeot" est la plus utilisée en Afrique car très résistante. Je dis bravo à tous les petits garagistes qui savent avec un bout de ficelle et un tuyau réparer un moteur et vous dépanner en toutes occasions.

Anne Durante

13 February 2014, à 14:00

Bien d'accord, Philippe, mais il n'y a pas que nos présidents, malheureusement, qui sont une honte pour notre pays... d'autres élus aussi, et les élus sont élus par...?
alors bon...n'y a-t-il pas une histoire de poutre et de paille dans l'affaire?
"si j'étais né en 17 à Leidenstadt..." chantait Goldman.
n'est-il pas de la nature humaine d'abuser du pouvoir lorsqu'il se présente?
plutôt que d'incriminer DES hommes, qui, je partage aussi cet avis, n'ont pas servi la France mais leur bobine personnelle et celle de leurs co-abuseurs, plutôt que de chercher à mettre d'autres à leur place qui, pour y arriver, auront eux aussi besoin de tricher et d'abuser, réfléchissons peut-être à ce qui doit changer dans les institutions, non?
Je ne suis pas intimement persuadée que les nouvelles "bobines" disponibles auront un fil plus blanc à nous proposer que les précédentes.
bon, enfin, c'est une petite réflexion de professionnelle LIBERALE, lasse et fatiguée, livrée comme ça, en passant. pas un truc mûrement réfléchi de journaliste rôdé au discours argumentatif.
continue néanmoins à nous faire rire, Philippe, ça défoule!!!

Gabrielle

14 February 2014, à 01:41

Tout à fait d’accord pour que Philippe nous fasse rire et j’ai bien ri cette fois !!
Toutefois, les gouvernants et les politiciens ne sont pas plus manichéens que quiconque. La position et le statut sont des incitateurs à profiter du pouvoir pour soi, les siens et ses potes et ce, quel que soit l’étiquette politique. Les scandales affectent tous les bords confondus, sauf que les médias montent certains plus en épingle que d’autres. Plus grand est votre pouvoir et plus grand est votre dérapage et les conséquences sont proportionnelles. Elles sont majorées par l’opposition et minorées par la majorité en place. Il n’en reste pas moins que depuis trois décennies le parti pris des médias est flagrant ; une sorte d’omerta a pesé pour taire bien des écarts de ceux qui roulaient à gauche.
Dénoncer des pratiques n’est qu’une première étape qui soulage. Comment y mettre fin et inciter nos édiles non pas à rouler à droite, mais à filer droit ? La rectitude de la vision de la gouvernance ayant plus d’importance que le côté de la chaussée emprunté.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...