1 novembre 1533 Calvin doit fuir Paris

publié le 1 November 2018 à 00h01 par José LONCKE

1 novembre 1533 Calvin doit fuir Paris.
Un de ses amis, Nicolas Cop, a été nommé Recteur de l’Université de Paris. Ensemble ils rédigent le discours que doit prononcer le nouveau recteur.
Ce discours affirme que toute la vérité est contenue dans l’Évangile et que ceux qui veulent réformer l’Église pour qu’elle soit plus près de l’Évangile doivent être encouragés et non persécutés. Paris est en émoi mais les ennemis de la Réforme sont les plus forts. Cop et Calvin doivent fuir.
« Rien ne console plus puissamment que la certitude d’être entouré, en pleine détresse, par l’amour de Dieu».
« Je sais que c’est une chose dure que de laisser le pays de sa naissance. Préférons à notre pays toute région où Dieu est purement adoré ».

Voilà ce que Calvin écrira à propos d'Abraham :

« Qu’adviendrait-il si chacun voulait se déclarer pour servir Dieu purement ? La réponse en un mot que s’il plaisait à Dieu, il s’en pourrait ensuivre beaucoup de persécutions, et que les uns seraient contraints de s’enfuir, quittant tous leurs biens ; les autres seraient montés du doigt ; les autres mis en prison ; les autres bannis : les autres même laisseraient la vie.
J’entends comme je l’ai dit) si dieu le permettait. Mais nous devrions faire à Dieu cet honneur de lui remettre ce qui en pourrait advenir, espérant qu’il y donnera tel ordre que le mal que nous craignons n’adviendra pas. Car c’est le refuge où nous mène par son exemple notre père Abraham : lequel, ayant le commandement de tuer son propre fils, quand il est interrogé en chemin de ce qu’il veut faire, dit : Le Seigneur y pourvoira.
C’est certes une sentence laquelle doit être écrite en nos cœurs, pour nous venir au devant en mémoire, incontinent que nous sommes confus en quelque chose et quasi venus à l’extrémité. »

1 novembre 1533 Calvin doit fuir Paris

Psaume 107 Louez Dieu pour sa grâce : ce psaume du psautier huguenot exprime bien les souffrances et les secours vécus par l'exilé...


Louez Dieu pour sa grâce, Célébrez son amour
Qui jamais ne se lasse, Qui demeure à toujours,
Vous tous qu’il a sauvés Des mains de l’adversaire,
Vous qu’il a rassemblés, Des confins de la terre.

Ils erraient solitaires Dans le désert sans fin,
Aveuglés de poussière, Privés d’eau et de pain.
Vers toi ils ont crié, Seigneur, dans leur déroute;
Tu les as délivrés Les guidant sur la route.

Dans les prisons obscures Des hommes enchaînés
Aux peines les plus dures Étaient abandonnés;
Vers toi ils ont crié, Seigneur, dans leur misère;
Tu les as délivrés Des fers qui les enserrent.

Au Seigneur rendez grâce, Au Dieu libérateur;
Chacun de ses miracles Émerveille nos cœurs.
Que tous les rachetés, Les hommes qu’il fait vivre
S’unissent pour chanter L’amour qui les délivre.

Cramponnés aux cordages Sur la mer en fureur,
Des marins en naufrage Se mouraient de terreur.
Vers toi ils ont crié, Dans l’effroi et la peine;
Tu les as délivrés: Au port tu les ramènes.

D’autres brûlants de fièvre, Tordus par la douleur,
Écartaient de leurs lèvres Le pain avec horreur.
Vers toi ils ont crié, Seigneur, dans leur angoisse;
Tu les as délivrés Et guéris par ta grâce.

Dieu rend le sol fertile Où planter un verger,
Où bâtir une ville, Abriter l’étranger.
Il donne à l’affamé Du pain en abondance;
Il soutient l’opprimé, Il est sa délivrance.

Louez Dieu pour sa grâce, Célébrez son amour
Qui jamais ne se lasse, Qui demeure à toujours.
Que tous les rachetés, Les hommes qu’il fait vivre
S’unissent pour chanter L’amour qui les délivre.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...