13 août 1922. Première pierre du temple de Château-Thierry.

Image (13 août 1922. Première pierre du temple de Château-Thierry.)

La première pierre du temple de Château-Thierry est posée le 13 août 1922 sous la présidence de Charles E. Schaffer, représentant l’Eglise réformée des Etats-Unis qui a construit le temple et qui l’a remis à Charles Merle d’Aubigné, et la dédicace a lieu le 13 juillet 1924. Une brochure éditée pour l’occasion le place sous le double parrainage de Calvin Coolidge, président des Etats-Unis (1923-1929), et de Gaston Doumergue, président de la République (1924-1931).

Henri Chauquet (1872-1957), élève de Laloux, architecte de la Ville de Paris, professeur de dessin géométrique pour la même ville.

-il  participe à la construction du temple-mémorial de Château-Thierry, entre 1921 et 1924 avec  Paul-Philippe Cret.

Il semble s’être fait une spécialité des temples protestants : 


- en 1908 il construit l’église luthérienne Saint-Marcel, 24 rue Pierre Nicole dans le 5èmearrondissement avec Jean Naville. 
- en 1911 il remporte un concours pour l’Eglise suédoise, 9 rue Médéric dans le
17ème  arrondissement, où il exécute les plans de l’architecte suédois G. A. Falk.
-il édifie une église luthérienne, Saint-Pierre, 55 rue Manin  dans le 19ème.
-il édifie le pavillon des Missions protestantes de  l’Exposition Coloniale de 1931
-il édifie l’Eglise Luthérienne Saint-Jean (147 rue de Grenelle)
Les architectes de cette église sont Henri Chauquet membre de la paroisse luthérienne de Saint-Jean et Jean Naville lui-même issu d’une famille genevoise.. Les dispositions testamentaires du donataire imposaient une construction dans un style gothique, une voûte en bois.
A découvrir : le plafond de bois en forme de carène de bateau inversée, les vitraux anglicans du choeur et ceux des côtés, un triptyque scandinave.
L’Eglise néo-gothique a été construite en 1912 en remplacement d'une chapelle qui se trouvait rue Amélie (1867), sur un terrain offert par Denis Bühler (1811-1890),  architecte paysagiste du Grand Parc de Lyon  (et du jardin du Thabor à Rennes) et membre du consistoire, qui a donné son nom au square qui entoure l’église dont une petite maison à colombages semble garder l’entrée.

Chargement en cours ...