13 avril 387. Baptême d‘Augustin d‘Hippone

publié le 13 April 2020 à 00h01 par José LONCKE

13 avril 387. Baptême d‘Augustin d‘Hippone

Après une crise morale et une longue évolution spirituelle, Augustin d‘Hippone (354-430) se convertit selon un chemin qu'il a raconté dans un ouvrage Les Confessions. En voici un extrait, chapitre XII du livre VIII :

« Ainsi, disais-je, et je pleurais dans l'extrême amertume de mon cœur broyé. Et voici que j’entends une voix venue de la maison voisine, celle d'un garçon ou d'une fille, je ne sais, qui, sur un air de chanson, disait et répétait à plusieurs reprises : « Prends, lis ! Prends, lis ! » (…) Je saisis le livre, je l'ouvris, et je lus en silence le premier chapitre sur lequel tombèrent mes yeux : « Point de ripailles ni de beuveries ; point de coucheries ni de débauches ; point de querelles ni de jalousies. Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ et ne vous faites pas les pourvoyeurs de la chair dans ses convoitises ».

 C‘est l‘appel décisif auquel il répond par un engagement total et sans retour envers Jésus-Christ.

Il reçoit le baptême la nuit de Pâques 387, le 13 avril.

Evêque (à partir de 395) et se consacrera à son diocèse d'Hippone (Afrique du Nord, dans l'actuelle Algérie : ville d'Annaba). Prêchant quotidiennement (ses sermons divers étaient recopiés par divers secrétaires) et écrivant directement, il laisse une œuvre considérable dont l'importance ne s'est jamais démentie.

Théologien de la grâce, Augustin d'Hippone est très souvent revenu sur la question de la Grâce, défendant toujours cette gratuité de l'Amour de Dieu qui ne doit rien à nos mérites (Ecrits contre Pélage). a cet égard l’évêque d’Hippone a été plus de mille ans après sa mort, l’un des grands inspirateurs de la Réformation protestante

Terminons par cette citation tirée de son sermon 185:


« Pour toi, je le répète, Dieu s'est fait homme. Tu serais mort pour l'éternité, s'il n'était né dans le temps. Tu n'aurais jamais été libéré de la chair du péché, s'il n'avait pris la ressemblance du péché. Tu serais victime d'une misère sans fin, s'il ne t'avait fait cette miséricorde. Tu n'aurais pas retrouvé la vie, s'il n'avait pas rejoint ta mort. Tu aurais succombé, s'il n'était allé à ton secours. Tu aurais péri, s'il n'était pas venu ».

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...