14 avril 1759. Haendel et l'assurance de la foi

publié le 14 April 2016 à 00h01 par José LONCKE

14 avril 1759. Haendel et l'assurance de la foi

Le célèbre compositeur Georges Fréderic Haendel (1685-1759)  mourut à Londres en 1759, à l’âge de 75 ans. Sur son lit de mort, lorsqu’il sentit que la fin approchait, il se fit lire, par son fidèle serviteur Jean, le Psaume 91. Quand la fin de la lecture fut achevée, il dit :

« Que c’est beau ! Voilà une nourriture qui rassasie et qui restaure. Lis-moi encore quelque chose ; prends le chapitre 15 de la première Épître aux Corinthiens. »


Jean lut ce que son maître demandait et, plusieurs fois, le malade l’interrompit pour dire :

« Arrête-toi, répète-moi cela encore une fois ! »

Quelques instants après, il voulut qu’on lui lût dans le recueil de cantiques de sa mère, celui qu’elle aimait particulièrement :

« J’ai l’assurance
dans la foi qui m’unit au Christ.
Qui peut me dérober
ce joyau que Sa mort et Son sang m’ont acquis ?
Sa fidèle Parole me l’affirme,
c’est pourquoi ma foi dit :
j’ai l’assurance ».


Les lèvres du malade remuaient pendant la lecture. Il en répéta les paroles qu’il savait par cœur, puis il ajouta :

« Oh, c’est pourtant une belle chose qu’un homme pusse avoir cette assurance de la foi ! Mon Dieu, que deviendrions-nous si nous devions nous appuyer sur nos œuvres ? Tout ce qu’il y a de bien en nous, n’est-ce pas un don de Dieu ? On ne peut pas se glorifier de ce qui est don, comme si c’était un mérite. Et alors comment aurions-nous fait tout ce que nous pouvions et devions faire ? Ah ! Que Dieu aie pitié de nous, car combien de choses nous accusent ! Si le mot de grâce n’est rien, alors adieu l’espérance ! Le salut est donné par grâce à la foi en Jésus-Christ. C’est à cette grâce que je me cramponne des deux mains. Seigneur Jésus-Christ, mon espérance sur la terre n’est qu’en Toi ! »

 

Haendel avait souvent exprimé le désir de mourir le jour où l’Église célèbre la passion de son Rédempteur. Ce vœu fut exaucé : il s’endormit le vendredi saint 1759, le 14 avril. Les dernières paroles de ce chrétien furent celles-ci :

« Seigneur Jésus, reçois mon esprit ! Ah ! fais que je meure et que je ressuscite en Toi. »

Il fut enterré dans l’Abbaye de Westminster. Sur son tombeau, une statue grandeur nature le représente devant son orgue. Il tient dans sa main une feuille de musique sur laquelle se lisent ces mots : « Je sais que mon rédempteur est vivant. »

Source : "Croire et Servir", mars 1999.

Commentaires

marc amouret

18 April 2014, à 23:01

ouais, des témoignages de ce genre de ce temps là , j'en voudrais plus .

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...