2 janvier 1792. Edward Perronet : « A Celui qui nous a lavés »

publié le 2 January 2015 à 00h01 par José LONCKE

2 janvier 1792. Edward Perronet : « A Celui qui nous a lavés »
Né à Sundridge, dans le Kent anglais, Edward Perronet (1726-1792)  était le fils de Vincent Perronet, pasteur de l'Eglise Anglicane, lui-même descendant of d'une famille huguenote d'origine française qui avait du fuir en Suisse et ensuite en Angleterre pour échapper à la persécution religieuse.
Edward  fit des études pour être lui aussi pasteur. Mais, en désaccord avec plusieurs pratiques de l'Eglise officielle, il commença à prêcher la doctrine de Wesley.
 
Perronet et les frères Wesley furent des amis et des collaborateurs intimes. Plus tard, Perronet soutint qu'il fallait former une nouvelle dénomination, mais les Wesley refusèrent. Ce désaccord fut cause d'une dissension qui ne fut réparée qu'après de nombreuses années. Perronet devint pasteur d'une petite église indépendante à Canterbury.
 
Le cantique est une partie d'un poème de huit strophes. Pendant plus d'un siècle le véritable auteur n'en fut pas connu et ces paroles furent attribuées à plusieurs autres. Plus tard, il fut établi que Edward Perronet était le véritable auteur de "Le Seigneur est Roi" et donc de notre cantique.


All hail the power of Jesus’ Name! Let angels prostrate fall;
Bring forth the royal diadem, and crown Him Lord of all.
Bring forth the royal diadem, and crown Him Lord of all.
Let highborn seraphs tune the lyre, and as they tune it, fall

Before His face Who tunes their choir, and crown Him Lord of all.
Before His face Who tunes their choir, and crown Him Lord of all.
Crown Him, ye morning stars of light, who fixed this floating ball;
Now hail the strength of Israel’s might, and crown Him Lord of all.

Now hail the strength of Israel’s might, and crown Him Lord of all.
Crown Him, ye martyrs of your God, who from His altar call;
Extol the Stem of Jesse’s Rod, and crown Him Lord of all.
Extol the Stem of Jesse’s Rod, and crown Him Lord of all.

Ye seed of Israel’s chosen race, ye ransomed from the fall,
Hail Him Who saves you by His grace, and crown Him Lord of all.
Hail Him Who saves you by His grace, and crown Him Lord of all.
Hail Him, ye heirs of David’s line, whom David Lord did call,

The God incarnate, Man divine, and crown Him Lord of all,
The God incarnate, Man divine, and crown Him Lord of all.
Sinners, whose love can ne’er forget the wormwood and the gall,
Go spread your trophies at His feet, and crown Him Lord of all.

Go spread your trophies at His feet, and crown Him Lord of all.
Let every tribe and every tongue before Him prostrate fall
And shout in universal song the crownèd Lord of all.
And shout in universal song the crownèd Lord of all.

             [John Rippon ajouta en 1787 la strophe suivante :]
O that, with yonder sacred throng, we at His feet may fall,
Join in the everlasting song, and crown Him Lord of all,
Join in the everlasting song, and crown Him Lord of all!
 
Perronet fut persécuté pour la cause méthodiste, étant même roulé dans la boue par la foule à Bolton.
Lorsqu'il mourut à Canterbury, le 2 Janvier 1792, ses dernières paroles furent un témoignage à sa foi :
 
Gloire à Dieu dans la hauteur de sa divinité
Gloire à Dieu dans la profondeur de son humanité
Gloire à Dieu dans sa toute suffisance
Je remets mon esprit entre tes mains
 
Sa dépouille repose dans la célèbre cathédrale de Canterbury. Mais son merveilleux cantique vit toujours                            Ed Perronet   (1726-1792)

La meilleure anecdote que l'on peut trouver au Sujet de la puissance de ce cantique a été racontée par Scott, missionnaire aux Indes. Il avait entendu parler d'une tribu montagnarde sanguinaire et décida de leur apporter la bonne nouvelle de l'Evangile. Alors qu'il suivait un sentier de montagne, un groupe de guerriers en armes se dressèrent devant lui, pointant leurs lances.
 
Pensant sa mort prochaine, il prit son violon, ferma les yeux et commença à jouer et chanter "A celui qui nous a lavés". Quand il ouvrit les yeux, il vit que les indigènes avaient baissé leurs armes et désiraient être amis.

A celui qui nous a lavés
1. A Celui qui nous a lavés, qui nous a tant aimés,
Par son sang nous a rachetés,
Soit gloire, gloire, gloire,
Louange à jamais !

2. Chantons le cantique nouveau
A l'honneur de l'Agneau,
Qui sortit vainqueur du tombeau,
Oui, gloire, gloire, gloire,
Louange à jamais !

3. Adorons le Triomphateur,
Jésus notre Sauveur,
Sur tous ses ennemis vainqueur,
Oui, gloire, gloire, gloire,
Louange à jamais !

4. Du ciel bientôt Il reviendra,
Et tout œil le verra,
Le monde entier l'adorera,
Oui, gloire, gloire, gloire,
Louange à jamais !




 

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...