20 février 1942. « Le silence de la mer », le pont des Arts et l’École alsacienne

publié le 20 February 2018 à 00h01 par José LONCKE

L'école Alsacienne a été fondée en 1871 (une  petite boutique avait été louée au 36 de la rue des Ecoles). L'inauguration des nouveaux bâtiments  du 109 rue Notre-Dame des champs donna lieu à une manifestation solennelle en présence du ministre Paul Bert le 9 juin 1881. 


Au lendemain de la défaite de 1870, des esprits généreux songèrent à offrir aux familles alsaciennes ayant opté pour la France, un grand établissement primaire et secondaire, dans lequel les enfants de ces familles pourraient recevoir un enseignement inspiré des nouvelles méthodes d’éducation venues d’Allemagne, et déjà développées en Alsace. Le pasteur Jean Théodore Beck (1839-1936) sera la figure marquante de cette école, qu’il dirigera de 1891 à 1920.


Sous sa direction l’école connaîtra un grand succès du fait de son intérêt pour les expériences pédagogiques novatrices : mise en place de la mixité dès 1908, mise en avant prononcée des sports, de la musique et des arts plastiques, accompagnement des élèves de la maternelle au lycée. Parmi les anciens élèves et enseignants, on note : Stéphane Hessel, Michel Rocard, André Gide, Claude Sarraute, Alain Bombard.et Jean Bruller, (dit Vercors).

Jean Bruller (1902-1991), choisit le pseudonyme de Vercors pour signer son récit « Le silence da la mer ». Le livre est tiré à 350 exemplaires qui sont prêts le 20 février 1942. La toute nouvelle maison d’édition reçoit le nom d’Éditions de Minuit.

Le jour du centenaire la naissance de Vercors (le 26 février 2002 qui est égalment le jour du bicentenaire de la naissance de Victor Hugo), une plaque commémorative a été apposée sur le pont-des-Arts.

20 février 1942. « Le silence de la mer », le pont des Arts et l’École alsacienne

Ce choix a été fait principalement pour deux raisons :

-Il s'agit d'une commémoration historique. Le pont des Arts est le lieu où en 1943, Vercors a rencontré Jacques Lecompte-Boinet, chef du mouvement « Ceux de la Résistance, pour lui remettre des exemplaires de plusieurs ouvrages des Éditions de Minuit, parmi lesquels le premier ouvrage publié chez l’éditeur, « Le silence de la mer », destinés au Général De Gaulle. 
-À cela s’ajoute, un hommage littéraire au père de l'auteur, Louis Bruller, parti à pied de sa Hongrie natale à son adolescence et devenu libraire-éditeur en France. Dans « La Marche à l'Étoile », Vercors raconte la vie de Thomas Muritz, jeune Hongrois nourri de culture française qui traverse l'Europe vers la France, qui est pour lui cette terre de

« Justice et de Liberté ».

Plus précisément, l'objectif du héros est de rejoindre le fameux, l'unique Pont-des-Arts, merveille parisienne. Arrivé, après un mois de périple dans un continent tourmenté par la guerre, devant le fameux pont, il s'enflamme pour ce pont, un

« point du monde où l'on embrasse à la fois […] l'Institut, le Louvre, la Cité et les quais aux bouquins, les Tuileries, la butte latine jusqu'au Panthéon, la Seine jusqu'à la Concorde ».

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...