23 juillet 1564. Eléonore de Roye, "la perle des princesses"

publié le 23 July 2020 à 00h01 par José LONCKE

Eléonore de Roye (24 février 1535 – 23 juillet1564)

23 juillet 1564.  Eléonore de Roye, "la perle des princesses"
C‘était la fille de la demi-sœur de Coligny. Le portrait d’Eléonore de Roye, princesse de Condé, aurait été mieux à sa place dans les galeries historiques de Versailles, que celui de son volage de mari, à la politique des plus hasardeuses. Elle avait été appelée « la perle des princesses… ». Elle était décrite comme une épouse loyale, une mère dévouée, une diplomate de premier rang et surtout une croyante fervente.
 
On peut encore lire sur un des panneaux du petit musée attenant au Château de Condé-en-Brie, où elle résida (et où l‘on peut voir dans l‘aile gauche l‘infrastructure de l‘ancien temple), la belle prière de confiance qu‘elle fit sur son lit de mort.
Elle s’éteignit en 1564, elle avait vingt-neuf ans. Elle passa les dernières heures de sa vie à exhorter sa famille, à prier. Tout cela, conservé pieusement, constitue en quelque  sorte « Un art de mourir » en chrétien fidèle à l’espérance inspirée par les promesses de la Bible.

Voici  sa dernière prière :

PRIÈRE.
 Je te supplie, mon bon Dieu, que, quand il te plaira me délivrer des misères et langueurs de cette vie et tirer mon âme de la prison de ce corps où elle est enfermée pour quelque temps, que par ta bonté et miséricorde tu la veuilles recevoir entre tes mains et la mettre en la possession et jouissance de la félicité que ton Fils nous a acquise par sa mort et passion, et par ce moyen assurer la ferme foi, que tu nous as donnée par tes promesses et scellée tant par le baptême que par ta sainte Cène, de la rémission générale de nos péchés, lesquels nous croyons être tellement effacés par le sang et obéissance de ton Fils, qu'ils ne viendront jamais en compte devant toi.

Je te recommande en après nos enfants, te requérant que, suivant ta promesse, tu leur sois Dieu, Père et protecteur, et que, étendant ta bénédiction sur eux, il te plaise les illuminer et dresser en la connaissance et en la crainte de ton saint nom, et te servir d'eux, comme tu as, fait du père, à exalter ta gloire, à procurer et conserver le repos de ton Église et en arracher tout ce que tu n'y as point planté. Fais-les, par ta bonté spéciale, instruments et vaisseaux de ta gloire, et les remplis de tes grâces, leur commandant, par l'autorité que tu m'as donnée sur eux, qu'ils vouent et dédient toute leur vie à ton service et celui de ton Église.

 « Ô mon Dieu, mon Sauveur, maintenant mon hiver est passé et mon printemps est venu ; ouvre-moi donc la porte de ton jardin céleste, afin que je goûte le fruit de tes éternelles douceurs… »

On en fit... « L’Épître d'une damoiselle française, à une sienne amie, dame étrangère, sur la mort d'excellente et vertueuse Dame, Eléonore de Roye, princesse de Condé ».

Bernard de Montmeja, l’aumônier du prince de Condé était en correspondance avec Pierre Martyr, Bullinger, Gualterus, Calvin. Il fut lié avec Mathieu Virelle et avec un autre poète-pasteur, Simon Goulart.;
Le poète pasteur Bernard de Montméja, qui était son aumônier avait repris ses dernières paroles dans un poème écrit pour son mari :


Comme dans un jardin rempli de violettes,
De roses et d’œillets, de mille autres fleurettes,
La vierge va cueillant celles qu’elle aime le mieux,
Non celles qu’en premier, elle a vu de ses yeux….

Ainsi notre grand Dieu étend partout sa main
Cueillant dans le jardin de tout le genre humain,
Les fleurs qu’en divers temps, sa main avait plantées
Pour être à leurs époux dans le ciel présentées.

Roye en est une Rose, elle a fleuri son temps,
Au monde fleurira d’un éternel printemps,
Là-haut dans le giron de Christ dont la puissance
De ce grand univers mesure la cadence…

Jules Delaborde, "Éléonore de Roye, Princesse de Condé, 1535-1564", Librairie Sandoz et Fischbacher, 1876

Source :
Comte Jules Delaborde, Éléonore de Roye, princesse de Condé, Paris, 1876, p. 34, 253, 258.

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...