30 août 1854. Edmond Budry : "A toi la gloire, O Ressuscité!"

publié le 30 August 2019 à 00h01 par José LONCKE

30 août 1854. Naissance d’Edmond Budry (1854-1932)

30 août 1854. Edmond Budry : "A toi la gloire, O Ressuscité!"
Edmond Louis Budry (1854-1932) né à Vevey (Suisse), le 30 août 1854, fait ses études générales à Lausanne, puis de Théologie à la Faculté de l’Église Libre de cette même ville. Depuis 1881, il exerce son ministère en Suisse romande dans l’Église Évangélique libre du canton de Vaud, successivement comme pasteur des Églises Libres de Cully, de Sainte-Croix, puis, de 1889 à 1923, de Vevey. Il meurt dans sa ville natale, le 12 novembre 1932.
À côté de ses activités pastorales, il est aussi traducteur et poète. Il adapte en français des hymnes du répertoire allemand, anglais et latin.
Parmi les thèmes traités par le pasteur-poète, figurent la Passion, la gloire du Ressuscité, l’Esprit Saint ; le service, les missions… Ils se situent dans la mouvance et le prolongement des Réveils, et dans la perspective de l’année liturgique.

La victoire de la résurrection du Christ
Edmond Budry a écrit en 1885 le texte français qui passera à la postérité du cantique « A toi la gloire » a une carrière. Ce cantique -bien enlevé, énergique, évoque l’ange qui roule « la pierre du tombeau vaincu » et affirme la victoire et la Résurrection du Christ-, a connu un succès international.  La mélodie, irrésistible grâce à son élan contagieux, est empruntée à l’Oratorio de Georg Friedrich Haendel (1685-1759): Judas Maccabaeus, sur le livret de Thomas Morell, créé à Londres à Covent Garden, le 1er avril 1747. Elle est extraite du chœur : See the conqu’ring hero comes ! (3e acte), et se trouve aussi dans l’Oratorio Joshua.

Autres textes de E.L.Budry
Comme un enfant qui sert son père (Loys Bourgeois, air des commandements), n°256 ;
O Seigneur ! ta voix m’appelle (F. A. Schultz), n°254 ;
Que la moisson du monde est grande ! (César Malan), n°222 ;
Rends-toi maître de nos âmes (Johannes Schop), n°171 ;
Seigneur, à ton regard de flamme (G. Joseph, 1657), n°284 ;  (1854-1932)

Commentaires

E.l.l.e

30 August 2014, à 22:54

il se chante encore très souvent dans nos Eglise, bien qu'il soit vieux de 129 ans.. non seulement il y a un bel air, mais les paroles y sont profonde.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...