4 février 1632. Mémoires d’Isaac Dumont de Bostaquet

publié le 4 February 2021 à 00h01 par José LONCKE

4 février 1632. Mémoires d’Isaac Dumont de Bostaquet

Gentilhomme normand, né le 4 février 1632, dans son fief de Bostaquet près de Dieppe, fils de Samuel et d'Anne de La Haye, marié trois fois, il décéda le 14 août 1709 à Port Arlington en Irlande. Il avait du s'expatrier à la suite de la Révocation de l'Edit de Nantes.

Dans ses Mémoires, qu’il rédige en Irlande, à la fin de sa vie, il rapporte mille détails de la vie quotidienne, de son enfance à ses derniers jours. Il cite une multitude de noms et de lieux ; ce témoignage direct est un document précieux pour la connaissance du protestantisme en Normandie et les conditions d’exil des huguenots en Hollande et en Irlande.


Les persécutions de huguenots sont d’année en année plus sévères, et la Révocation de l’édit de Nantes fait basculer leur vie.
Pour protéger sa famille, Isaac Dumont de Bostaquet abjure en novembre 1685, sous la menace d’avoir à héberger 25 dragons chez lui, mais il continue, en privé, à pratiquer selon sa foi.
En 1687, la sœur et la mère de Dumont, avec quelques-uns des enfants, tentent un embarquement à Saint Aubin. Ils sont surpris. Dumont est blessé sérieusement, contraint de fuir pour ne pas être capturé et envoyé aux galères. Une partie de la famille est arrêtée et emprisonnée au château de Dieppe, les femmes enfermées à vie.

Après mille péripéties, il rejoint La Haye où s’étaient réfugiés de nombreux parents et amis. Grâce à un lointain cousin occupant un haut grade dans l’armée de Guillaume III, il obtient une mission de Capitaine de Cavalerie dans le régiment du duc de Schomberg. Il prend ainsi part au débarquement en Angleterre à l’automne 1688, puis à la campagne irlandaise de Guillaume III en 1690.

Dumont termine sa vie assez pauvrement en Irlande, à Portarlington, un havre pour les officiers huguenots à la retraite. Il est entouré de sa femme, de sa fille Judith-Julie (qui l’avait rejoint en Hollande) et de ses deux derniers fils.
Il avait eu 19 enfants et … tout quitté. Son exil lui a beaucoup coûté, mais jamais un regret n’est exprimé dans ses écrits. Il a fait son devoir pour rester fidèle à lui-même et à sa foi…

Source :
Emission du Comité Protestant des Amitiés Françaises à l’Etranger, diffusée sur France-Culture à 8h25, le dimanche 5 mars 2006).
Les Mémoires de Dumont de Bostaquet, présentée et annotée par Michel Richard.- Paris : Mercure de France, 1968, 305 p.- Collection Le temps retrouvé, 5,80 €.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...