Magazine n°123 : Je n'arrive pas à joindre les deux bouts

janvier-février 2014
Numéro lu 6487 fois

Édito

Combien de fois ai-je souhaité une bonne année ces dernières semaines ? Je ne les ai pas comptées mais cela doit en faire beaucoup !

Je me demande toutefois : qu'est-ce que cela a changé de concret pour ceux qui ont reçu mes voeux ?

Bien sûr, une marque bienveillante d'attention fait toujours plaisir à celui ou celle qui la reçoit. En tout cas quand on sent que c'est sincère. Nos voeux peuvent donc être quelque chose qui a sa valeur pour celui qui se sent seul ou découragé. À condition que nous ne l'oubliions pas aussitôt !

Reconnaissons toutefois que nos voeux n'empêcheront jamais personne de tomber malade ni de subir les aléas parfois terribles de la vie. Des gens vont se retrouver au chômage ou vivre un deuil en 2014. Nos bons voeux n'y auront rien changé.

Alors, plus que d'adresser des « voeux pieux » à ceux qui rencontrent des difficultés d'argent, nous avons préféré dans ce numéro les aider à y faire face. Même si c'est très modestement.

« Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson » dit le proverbe. C'est un peu la démarche que nous avons voulu entreprendre.

Ceci ne doit certainement pas empêcher la générosité de ceux qui ont plus que les autres. La solidarité est au coeur du message chrétien.

Rappelons-nous toutefois que nous avons tous quelque chose à donner. Celui qui offre un sourire, une attention ou une parole d'encouragement donne parfois beaucoup plus que celui qui donne de l'argent.

Ouvrons donc les yeux et notre coeur en cette année 2014. Ainsi, nous verrons que Dieu est toujours présent avec nous, encore plus quand nous passons par des moments difficiles.

Georges Mary

Articles complets en ligne

Dieu m'a donné et il a repris aussi

Dieu m'a donné et il a repris aussi
Ce qu'on croit savoir de quelqu'un n'est pas toujours le plus important. Pendant longtemps, ma vie a été marquée par la solitude. J'étais pourtant en bonne santé et avais un bon travail, mais il...

À chacun la part qui lui revient

À chacun la part qui lui revient
L'intelligence humaine a permis d'inventer et de fabriquer un nombre incalculable de choses. Il en demeure cependant beaucoup d'autres pour lesquelles l'homme n'a pas particulièrement transpiré. Il...

Jésus m'a émerveillée

Jésus m'a émerveillée
Se convertir à Jésus n'a pas épargné à Élisabeth de grosses difficultés. Aucun regret cependant. Mes parents étant athées, je ne savais pas grand-chose de Dieu. Je l'imaginais autoritaire et...

J'ai appris à me contenter de ce que j'ai

J'ai appris à me contenter de ce que j'ai
Rien de mieux pour comprendre la pensée de l'apôtre Paul que de l'interroger. José : Où étais-tu quand tu as écrit « J'ai appris à me contenter de ce que j'ai. Je sais vivre dans la pauvreté,...
Chargement en cours ...