22 décembre 1853. Victor Hugo se souvient d'Hélène d'Orléans

publié le 22 December 2018 à 00h01 par José LONCKE

22 décembre 1853. Victor Hugo se souvient d'Hélène d'Orléans

22 décembre 1853, trois jours avant Noël, Victor Hugo se souvient d’une conversation familière que la duchesse Hélène d’Orléans avait eue avec lui, sur son fils, le comte de Paris qui n’avait alors que six ans. Le poète s’adresse à l’enfant qui vient d’avoir quinze ans. Mais les impressions qu’il décrit avaient bien été imprimées en lui à la Noël 1844.


Quoique je sois de ceux qui se sont autrefois
Penchés sur ton berceau plein de ta jeune voix,
Tu commences, enfant, à ne plus me connaître…

Le poème tout entier est en réalité consacré bien plus à Hélène d’Orléans, qu’à son fils. Le poète la représente comme une femme admirable, d’un esprit ferme, d’un grand courage, une sainte.
 
Oh! Fixe ton regard sur ses yeux adorés!
Ici-bas c'est ta mère, et là-haut c'est ton ange.
Cette femme a subi plus d'une épreuve étrange,
Enfant, c'est toi qui dois l'en consoler. Retiens
Que, touchante à nos yeux, elle est sacrée aux tiens.
La nature la fit reine; et le sort martyre.
Qui la voit pleurer sent un charme qui l'attire.
Hélas! L’ombre d'hier assombrit aujourd'hui.
Elle accepte, stoïque et simple, l'âpre ennui,
L'isolement, l'affront dont un sot nous lapide,

La haine des méchants, cette meule stupide
Qui broie un diamant ainsi qu'un grain  de mil,
Et toutes les douleurs, contrecoups de l'exil…
Mais la pensée auguste habite son œil fier;
Mais le malheur, qui, même en nous frappant, nous venge,
A mis des ailes d'aigle à ses épaules d'ange.
Dieu, caché dans la nuit de cet être souffrant,
Brille et fait resplendir son sourcil transparent,
L'albâtre laisse voir la lumière immortelle,
Son front luit!

        Toi, son fils, tressaille devant elle
Comme Gracchus enfant quand sa mère venait;
Car elle est la clarté de ton aube qui naît.

Qu'importe que la foule ignore ou méconnaisse
J'ai vu ; moi, quand l'angoisse étreignait sa jeunesse,
Comment elle a souffert, comment elle a lutté,
Et j'ai dit dans mon cœur : Cette femme eût été
Archidamie à Sparte ou Cornélie à Rome.
Enfant, ressemble-lui si tu veux être un homme ;

Et plus loin :
Jamais, retiens cela, quoique tu sois petit,
Dans un plus noble sein plus grand cœur ne battit!

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...