8 juillet 1695. Christian Huygens

publié le 8 July 2019 à 00h01 par José LONCKE

8 juillet 1695. Mort de Christian Huygens (1629-1695)
L'Académie royale des sciences de Paris, doit son origine au projet de  Colbert qui choisit un petit groupe de savants qui s'assemblent le 22 décembre 1666 dans la bibliothèque du roi, nouvellement installée 6 rue Vivienne, et y tiennent désormais deux fois par semaine des séances de travail.

8 juillet 1695. Christian Huygens

C'est le savant protestant Christian Huygens, qui connaît les rouages de la « Royal Society » pour avoir longuement séjourné à Londres en 1661, qui prend les rênes et organise le fonctionnement de l'Académie. Huygens a bien servi l'Académie sans que celle-ci ne lui ait rien apporté en retour.

Huygens qui était en France au moment de la Révocation de l'Edit de Nantes, refusa noblement de profiter de l'exeption qu'on se proposait de faire en sa faveur et retourna en Hollande.

En 1655, Huygens découvre Titan, la lune de Saturne. Il examine également les anneaux planétaires de Saturne et donna une interprétation correcte de la forme de ceux-ci.

En 1656, il découvre que ces anneaux sont constitués de roches. La même année, il observe la nébuleuse d'Orion. En utilisant son télescope moderne, il peut séparer la nébuleuse en différentes étoiles. La partie interne la plus lumineuse de la nébuleuse s'appelle actuellement la Région de Huygens en son honneur. Il découvre également plusieurs nébuleuses et quelques étoiles doubles. Après que Blaise Pascal l'ait encouragé à le faire, Huygens écrit le premier livre sur la théorie des probabilités, qui est publié en 1657.

Entre 1658 et 1659, Huygens travaille à la théorie du pendule oscillant. Il a en effet l'idée de réguler des horloges au moyen d'un pendule, afin de rendre la mesure du temps plus précise. Il découvre la formule de l'isochronisme rigoureux en décembre 1659. L'ouvrage intitulé Horologium que Huygens publie en 1658 ne porte pas encore les fruits de cette découverte théorique et se contente de décrire un modèle innovant par sa régulation (et son système d'échappement) mais auquel il manque encore une maîtrise théorique qui ne sera publiée que dans l'Horologium Oscillatorium de 1673.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...