9 Février 1558 : les premiers martyrs protestants du Brésil…

publié le 9 February 2015 à 00h01 par José LONCKE

9 Février 1558 : les premiers martyrs protestants du Brésil…

Sur l’îlot où Villegagnon avait regroupé ses forces pour échapper aux redoutables cannibales locaux, la situation ne tarde pas à se dégrader. Alors que tous sont épuisés par la construction du Fort Coligny, Villegagnon, qui a sur place les pleins pouvoirs, passe rapidement du statut de bienfaiteur à celui de persécuteur du groupe des « Genevois » protestants qui l’avaient rejoint.
Les chroniqueurs protestants de l’époque ont fustigé après coup la « traitrise » de l’Amiral. Il semble bien que l’affaire soit plus compliquée. Villegagnon était sincèrement attiré par le principe de Réforme religieuse : en 1557, il espère, comme beaucoup, que l’Église catholique va se réformer de l’intérieur. Il n’envisage pas de quitter cette Église, et il est désorienté par la radicalisation de la rupture en cours. Bientôt, les discussions sur l’île deviennent ardues et tendues. Villegagnon en appelle à l’arbitrage de Jean Calvin lui-même, et il fait embarquer le pasteur Chartier pour aller le consulter, ce qui lui sauve sans doute la vie. 

Car l’heure est à l’affrontement dans la baie brésilienne. L’Amiral, cette fois, a choisi son camp. Son intérêt politique le pousse à devenir dénonciateur du protestantisme, de façon d’autant plus virulente qu’il lui avait, un temps, été favorable…
Les huguenots finissent par quitter l’ilot et trouvent temporairement refuge sur le continent au cœur même des populations anthropophages. Ce n’est guère une situation durable…

Quatre personnes décident de retourner sur l’îlot et de s’en remettre à Villegagnon. L’Amiral de Bretagne leur fait un procès en hérésie.    

Les trois huguenots qui refusent d’abjurer leur foi sont condamnés à mort. Jean du Bordel et Mathieu Vermeil sont précipités dans la mer, couverts de chaines, et noyés dans la baie au matin du 9 février 1558. Pierre Bourdon connaît bientôt le même sort…    Ce sont les premiers martyrs protestants du Brésil.


Une dizaine d’autres, dirigés par le pasteur Richer et Jean de Léry,  tentent le tout pour le tout. Le 4 janvier 1558, ils s’embarquent vers l’Europe, presque sans provisions, à bord d’un vieux navire prenant l’eau de partout.

Leur espérance de vie est des plus ténues : car s’ils arrivaient malgré tout cela à échapper aux tempêtes, Villegagnon avait fait joindre aux papiers du bord une lettre cachetée qui prescrivait au premier magistrat rencontré à leur arrivée en France de les faire pendre illico, puisqu’il avait déjà instruit leur procès…

Ils seront aimablement recueillis en Bretagne par les marins de Blavet (actuellement Port-Louis), et sauvés par les magistrats d’Hennebont qui, fort opportunément, étaient favorables au protestantisme...

9 Février 1558 : les premiers martyrs protestants du Brésil…

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...