15 février 1901. André Parrot et Mari

publié le 15 February 2019 à 00h01 par José LONCKE

15 février 1901. André Parrot et Mari

15 février 1901. André Parrot et Mari
L’archéologue, conservateur de musée et pasteur André Parrot (1901-1980), né le 15 février 1901à Désandans près de Montbéliard.
Il se voulut d'abord pasteur, mais ses maîtres, Adolphe Lods et, à l'école du Louvre, René Dussaud, puis les dominicains de l'école biblique de Jérusalem, surent le passionner pour l'archéologie orientale. Et il fut un archéologue heureux.

Il resta aux yeux de tous, savants et grand publique, celui qui a découvert le site royal de Mari.
En 1933 une découverte fortuite allait le conduire en Syrie, sur les bords de l'Euphrate, où en quelques semaines le tell Hariri allait lui révéler son nom antique de Mari. Dès lors, la ville qu'il devait appeler avec justesse une « cité fabuleuse » allait être l'objet de la prédilection du jeune fouilleur, qui venait d'entrer au musée du Louvre où il allait mettre une passion égale à la défense des collections qui lui étaient confiées.
En 1951, il peut reprendre les fouilles de Mari : achever d'explorer l'immense palais du roi Zimrihm, où il avait trouvé avant la guerre des milliers de tablettes cunéiformes du début du IIe millénaire, puis découvrir une série de temples plus anciens où gisaient de très nombreuses statues. On peut dire de lui qu’il a rendu célèbre Mari et que Mari l’a rendu célèbre.
André Parrot a dit que, lorsqu’il étudiait à la Sorbonne, leurs professeurs des langues sémitiques déclaraient que les récits des patriarches n’étaient que des mythes relatifs à des personnages fictifs. Mais que lorsqu’il s’est rendu dans les pays où Abraham, Isaac et Jacob ont vécu, il a trouvé tant de preuves de la véracité des récits bibliques qu’il a démontré leur réalité historique et le haut degré de culture du pays qu’Abraham a quitté.
A Mari, par exemple, on a découvert une bibliothèque avec des milliers de lettres diplomatiques, dans les écoles, les enfants apprenaient à extraire des racines carrées et cubiques des nombres. Les maisons étaient équipées du tout-à-l’égout (qui fonctionnait encore après 4000 ans !).
Il fut le premier directeur du Musée du Louvre, de 1958 à 1962. Il fut le mari de l’organiste de l’Oratoire du Louvre, Marie-Louise Girod-Parrot (décédée en 2014).


 Source : Pierre AMIET, « PARROT ANDRÉ - (1901-1980)  », Encyclopædia Universalis [en ligne]


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...