16 février 1497. Philippe Melanchton et l'éducation

16  février 1497. Naissance de Philippe Melanchton qui s'attachera à rénover le système scolaire en Allemagne.

L'éducation profane et religieuse est une priorité pour les réformateurs. Partout en Europe, de nouvelles écoles paraissent dans le sillage de la Réforme ainsi que des catéchismes.


Le projet éducatif de la Réforme
Le projet éducatif de la Réforme a pour base la lecture de la Bible pour éclairer la foi des fidèles et vérifier toutes les affirmations en matière de foi. Il dérive du principe du sacerdoce universel. Chaque chrétien doit, dans la mesure de ses dons, propager la vérité évangélique en se référant uniquement à la Bible.
C'est pourquoi Luther élève la vocation du maître d'école à la hauteur d'un sacerdoce. Il écrit : « Pour moi, si Dieu m'éloignait des fonctions pastorales, il n'est pas de charge sur terre que je ne remplirais plus volontiers que celle de maître d'école, car après l'œuvre du pasteur, il n'est pas d'oeuvre plus belle ni plus importante que la sienne ».Philip Melanchthon, ami et successeur de Luther, va jeter les bases de ce projet éducatif.

Le système scolaire
La Réforme remet en cause le système scolaire hérité du Moyen Âge où les écoles dépendaient le plus souvent des paroisses et des couvents.
Pour les États passés à la Réforme, Martin Luther et Philipp Melanchthon délèguent la responsabilité scolaire aux autorités politiques : les Princes et les magistrats.
La Réforme pose les bases du droit au savoir pour tout homme. Cela s'applique aussi aux filles. Dès 1530, une école de filles est créée à Wittenberg.
À Genève également, une grande importance est donnée à l'éducation. Les enfants, garçons et filles, bénéficient d'un enseignement élémentaire public et surtout gratuit.

L'oeuvre de Melanchthon

Image (16  février 1497. Philippe Melanchton et l'éducation)
Melanchthon s'attache tout particulièrement à rénover le système scolaire en Allemagne. C'est pourquoi on lui a donné de son vivant le titre de « professeur de l'Allemagne ». Son désir découle à la fois de l'humanisme et de la Réforme. Pour lui, l'éducation de tout homme est nécessaire pour lui permettre de vivre en société et de comprendre l'Évangile. Son but c'est la scolarité obligatoire pour tous.
Il réforme les écoles des villes appelées aussi écoles latines (car on y enseigne le latin) et sépare les élèves en trois classes. Melanchthon fonde la Haute École (sorte de lycée). C'est l'étape intermédiaire entre l'école latine et l'université. On y enseigne la rhétorique et la dialectique, la littérature latine, les mathématiques et le grec.
Melanchthon rédige également de nombreux manuels scolaires dont beaucoup furent utilisés jusqu'au XVIIIe siècle, même dans les écoles catholiques. C'est le cas en particulier de ses grammaires grecques et latines.
Ses programmes scolaires comme ses manuels furent utilisés dans la plupart des écoles protestantes en Allemagne et aussi à l'étranger.

 

Chargement en cours ...