19 novembre 1526. Anabaptisme à Zurich

publié le 19 November 2020 à 00h01 par José LONCKE

« Anabaptistes » – Pour les uns, c’était de pieux cinglés, pour l’Eglise officielle de dangereux hérétiques, pour les autorités des rebelles. Dans l’Europe entière, ils furent discriminés et persécutés, enfermés et torturés, déshérités et expropriés, renvoyés et exécutés. mais ceci, nulle part aussi longtemps que dans l’Emmental. Pourtant, une minorité les respectait en tant qu’êtres humains, eux qui voulaient être chrétiens de manière conséquente; on les appréciait comme voisins, car on pouvait compter sur eux.


Qui donc étaient ces anabaptistes refusant de participer au culte officiel, de prêter serment et d’aller au service militaire – en payant un si grand prix ?
Les débuts du mouvement anabaptiste remontent au temps de la Réforme au 16ème siècle. Un modèle autre que celui de l’Eglise nationale imposé de force, est envisagé par les anabaptistes ; une Eglise indépendante de l’Etat dont chacun a le libre choix d’en devenir membre. En 1525, d’anciens collaborateurs du réformateur Zwingli commencent à baptiser des adultes et de ce fait, confessent librement leur foi. Environ à la même période, des mouvements similaires débutent également ailleurs en Europe.

Par leur critique à l’égard d’une alliance malsaine à leurs yeux, entre l’Eglise et l’Etat, les anabaptistes attirent bientôt sur eux la colère des magistrats.

19 novembre 1526, est promulgué un édit menaçant de peine capitale quiconque écoute un sermon anabaptiste dans la juridiction de Zurich.

19 novembre 1526. Anabaptisme à Zurich

Malgré des persécutions qui s’intensifient, le mouvement appelé de plus en plus Mennonite – nommé d’après l’un de leurs conducteurs, le néerlandais Menno Simons (1496-1561) – se répand très vite à travers l’Europe. Une répression systématique pousse l’anabaptisme toujours davantage dans l’isolement, si bien que des conflits internes provoquent en 1693 le schisme amish.
en Suisse, la persécution intensive,  jusqu’en 1700, va pratiquement éradiquer l’anabaptisme – également à Zurich.

Des traces de foi anabaptiste ayant des racines seulement en Suisse s’étendent par l’émigration et la fuite notamment dans le Jura, en Alsace, dans le Palatinat et en Amérique du Nord où des centaines de milliers de descendants de ces émigrés vivent aujourd’hui.

Et ensuite, le passage de témoin se fera à Amsterdam avec des assemblées non-conformistes anglaises et donnera naissance aux églises baptistes, avec pour ces dernières un developpement de très grand eampleur au niveau mondial.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...