23 mai 1891. La première voiture ferroviaire baptiste

publié le 23 May 2018 à 00h01 par José LONCKE

Dans les bons vieux westerns, de bons shérifs nettoient  leur ville avec leurs tireurs d’élite. Dans la vraie vie, d'autres forces étaient également à l'œuvre dans l’Ouest américain.

Certaines villes du Far West poussaient en une nuit. D'autres se vidaient presque aussi vite. En général les populations étaient dures et éloignées de Dieu.

Dans ces conditions, cela n'avait  pas beaucoup de sens d’investir des sommes importantes dans  la mise en place de bâtiments d’église. La ville risquait de disparaître avant que le bâtiment ne soit terminé. Walker, un protestant épiscopalien, eut alors une idée géniale. Pourquoi ne pas aménager en chapelles des voitures de chemin de fer ? Celles-ci pourraient être facilement déplacées  à l'endroit convenable et coûterait « seulement » deux ou trois mille dollars.

Walker sut vendre son idée. Et Cornelius Vanderbilt, un des hommes les plus riches de l'Amérique, donna  une impulsion décisive au nouveau ministère en faisant un don important. La première voiture-chapelle de Walker fut  livrée en 1890

« La voiture cathédrale », comme on l'appela, voyagea plus de 70 000 miles au cours de ses dix années de service. Beaucoup la visitèrent par simple curiosité, mais d’autres en aussi grand nombre ont accepté la voie chrétienne ou ont été renforcés dans leur marche chrétienne grâce à elle.

Le 23 mai 1891, la première voiture ferroviaire baptiste a été consacrée à Cincinnati dans l’Ohio. Le pasteur  Boston W. Smith y prêchait  à une centaine de fidèles bien assis dans un espace de « dix pieds de large et soixante de long ». Il avait reçu l'aide de la célèbre « Northern Pacific Railroad ». Son directeur général avait ordonné à son personnel de relier sans frais la voiture à l'un des moteurs de l'entreprise. Poussé par un prédicateur, ce dirigeant de chemin de fer avait également mis en place une association pour collecter des fonds afin de construire les « voitures de l’oncle Boston », dont le membre le plus éminent fut l’homme d'affaires, John D. Rockefeller. Ces voitures baptistes avaient pour noms « Bonne Nouvelle », « Grâce » et « Messager d’espérance ».

Thomas Edison  dota ces chapelles de sa nouvelle invention : le phonographe. Les Cowboys assoiffés de musique venaient écouter en masse les enregistrements.
Mais tout le monde n’appréciait pas les voitures-chapelles. Dans l'Oregon, une voiture fut bombardée avec des œufs, taguée avec des graffitis et en partie incendiée, avant d’être protégée par une partie de la population.
Onze voitures vont parcourir l’Ouest américain, dont trois catholiques. L’idée fut copiée par des orthodoxes russes, des églises protestantes d’Afrique du Sud, et des missionnaires en Chine.
Il y a fort à parier que ces voitures-chapelles américaines ont plus fait pour civiliser le Far Ouest que tous les shérifs avec leurs pétoires.

23 mai 1891. La première voiture ferroviaire baptiste

Chapelle baptiste ferrovaire, "Glad Tidings"

Commentaires

Gaëlle

23 May 2014, à 14:41

Je n'avais jamais entendu parler de ces wagons-chapelles qui ont probablement, comme vous le soulignez, plus aidé à pacifier le Far Ouest.
Alors que fleurissent les Food trucks à l'heure du déjeuner, pourquoi pas les Voitures resto-chapelle?
Un volontaire pour être la locomotive du projet?

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...