28 avril 1846. Wellesley Bailey, un ministère de compassion

publié le 28 April 2021 à 00h01 par José LONCKE

28 avril 1846. Wellesley Bailey, un ministère de compassion

28 avril 1846. Wellesley Bailey, un ministère de compassion
Deux hommes remarquables ont donné leur vie pour la cause des lépreux. Le Père Joseph Damien (1840-1889) et qui a travaillé à Hawaï. Et un écossais protestant, Wellesley Bailey (1846-1895),  né le 28 avril 1846, qui a œuvré aux Indes et fondé la Mission contre la lèpre.

Bailey enseignait dans une école missionnaire du nord-ouest des Indes. Il a visité un jour un petit refuge voisin pour lépreux et ce qu’il a vu l’a touché.

Par la suite il a écrit :

« Les victimes étaient à tous les stades de la maladie, terribles à voir, avec une expression tristement abattue sur leur visage, un air de totale impotence. Je frissonnai presque mais, en même temps, j’étais fasciné et j’ai senti que s’il y avait au monde une opeuvre qui soit à l’image de celle du Christ, c’était d’aller vers ces pauvres souffrants et de leur apporter la consolation de l’Evangile ».

Comme , il commençait à visiter régulièrement  ce refuge, il a vu l’Evangile changer complètement la vie et même l’apparence des dissidents. En même temps il s’est décidé à améliorer leur condition physique. Aussi, en 1872, il fonda ce qui deviendra « The Leprosy Mission ».

Cette belle tradition chrétienne de soins aux victimes de la lèpre s’est poursuivie au 20ème siècle grâce à une succession illustre de léprologues comme Stanley Browne (Nigéria et RDC), Frank Davey (Nigéria et Inde) et Robert Cochrane qui, citant l’exemple de Jésus « conduisit une campagne contre le stigmate social dominant ». 
Ensuite Paul Brand a découvert que la main griffue, la perte  des doigts et des orteils, les ulcères et les meurtrissures inexpliquées chez les lépreux n’étaient pas causés par quelque aspect mystérieux de la maladie elle-même, mais par la perte de sensibilité, l’incapacité à ressentir la douleur.


Aujourd’hui, le sida est parfois décrit comme la « lèpre des temps modernes ». il porte les mêmes stigmates et participe à un même tabou. Mais Jésus a donné l’exemple de la compassion en étendant la main et en « touchant », un  acte de courage inimaginable en ces jour-là.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...