6 janvier 1871. Louis Segond et sa nouvelle traduction

publié le 6 January 2016 à 00h01 par José LONCKE

6 janvier 1871.  Louis Segond et sa nouvelle traduction

Depuis plus de 100 ans, la Bible Segond a été imprimée et diffusée à des millions d’exemplaires en France, mais aussi, et surtout, dans toute la francophonie.
 
La Bible Segond a tellement façonné la piété des protestants de langue française qu’elle n’a jamais pu être vraiment supplantée par d’autres traductions. Des révisions successives ont permis de faire évoluer sa langue et corriger les erreurs de traduction, comme la révision de 1978 dite «Bible à la Colombe», la NBS (Nouvelle Bible Segond), éditée par la Société biblique française en 2002, et la Segond 21 (et sa désormais célèbre Bible à 1 euro 50).

Louis Segond, traducteur de la Bible
Durant ses vingt-quatre ans de ministère à Chêne, Segond entretien sa passion pour l’étude de l’hébreu et de l’Ancien Testament. Devant le quasi rejet par le public de la Bible de Genève (1805) et les échecs successifs des commissions de révision, la Compagnie des pasteurs de Genève avait acquis la conviction vers 1860 qu’il fallait donner à l’Eglise une nouvelle traduction de l’Ancien Testament qui soit une œuvre individuelle plutôt que collective.

Le 1er juillet 1864, on charge Segond de donner à l’Eglise, dans un délai de six ans et demi, une nouvelle traduction de l’Ancien Testament…
Louis Segond remet le 6 janvier 1871 sa version achevée qui sera imprimée en 1873 avec le millésime 1874 sous le titre "Ancien Testament, traduction nouvelle d’après le texte hébreu".
Cette traduction est le chef-d’œuvre d’un des meilleurs hébraïsants protestants de l’époque contemporaine, dont le sens très remarquable de la langue française impressionne aujourd’hui encore.

Sa traduction du Nouveau Testament qui paraît en 1880. Traduction moins « nouvelle » que celle de l’Ancien Testament.
 
http://protestjolimont.skynetblogs.be/archive/2005/12/29/louis-segond-traducteur-de-la-bible.html

Commentaires

Mariose

16 October 2017, à 13:43

Merci Seigneur pour le travail remarquable de traduction, mais il reste pourtant que " traduire c'est trahir" et qu'il y a toujours la subjectivité et les préjugés de l'homme dans ce travail. Il est étonnant qu'on continue à traduire que la femme est la cote de l'homme, (il s'agit de l'autre coté de l' être humain) et que le mari est le Chef de sa femme (il s'agit de la tête, et cela veut dire quoi ?) 21 siècles après il est impossible que la condition de la femme évolue ds l'église avec une telle vision. Cette interprétation du texte pénètre notre inconscient et continue à fausser la relation Homme-Femme. Ceci est encore plus grave pour le monde qui utilise ces versets pour montrer que la religion est responsable de l'oppression (pas tt à fait faux !) : (commentaire radio entende ce matin suite aux agressions sexuelles du cinéaste américain !)

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...