20 mars 1920. Andrée Chedid et la Bible

publié le 20 March 2021 à 00h01 par José LONCKE

Andrée Chedid et la Bible

Poète, romancière, auteur de théâtre, de nouvelles, de chansons, Andrée Chedid (1920-2011) a pratiqué tous les genres sans que cette diversité n'entrave la cohérence d'une oeuvre portée par une conviction : la nécessité de l'amour et la quête d'une humanité qui, au-delà des différences, des incompréhensions, rassemblent et rapprochent. Entre tragédie et espérance, les textes d'Andrée Chédid optent toujours pour la seconde et affirment inlassablement la toute puissance de la vie.

Née le 20 mars 1920 au Caire, c'est là qu'elle a commencé à écrire de la poésie, avant de poursuivre son oeuvre à Paris où elle décide de s'installer en 1946. Si elle retourne sans cesse à la poésie comme à une source essentielle, avec ses romans (Le sommeil délivré, le sixième jour, L'Autre, La cité fertile…) elle a créé un monde où des êtres en but au malheur, à la tragédie affirment toujours l'espoir d'un monde meilleur et font de la vie un bien précieux, une conquête. Face au consensus de la défaite et de l'abandon, son oeuvre constitue une troublante exception.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"La femme de Job", Actes Sud (1993)

Beaucoup de gens connaissent l'expression "pauvre comme Job" mais à part ça, pas grand chose d'autre de Job, personnage biblique et du livre du livre biblique même nom.

Le Livre de Job pose la question du pourquoi de la souffrance et il est difficile d'en comprendre l'existence. Car un comportement apparemment irréprochable comme celui de Job ne méritait pas tous ces malheurs.
Mais nous ne savons pas quels sont les desseins de Dieu, d'ailleurs Job ne tourne jamais le dos à Dieu, il cherche juste à ce qu'Il lui explique. Mais Dieu nous a donné la vie et lui seul sait ce qu'il peut en faire.Il n'a pas d'explications que nous pouvons comprendre.  Bref, c'est ce qui ressort de ma lecture de la Bible (Zebible, Editions Bibli'o).


Dans son livre, Andrée Chedid reprend fidèlement quelques passages du Livre de Job et en tire un très belle histoire. Devant tant de souffrances, que peut penser l'être aimée, la femme de Job ? Son amour peut-il le sauver ? Elle en vient à lui demander de renier ce Dieu cruel et injuste, elle pressent l'existence d'un Dieu aimant - "qui, préférant l'homme à l'ange, lui aurait laissé sa liberté." (p.26) Comme d'habitude, Andrée Chedid est une merveilleuse conteuse, mêlant poésie et tendresse lorsqu'elle évoque les relations des deux époux. La fin des épreuves de Job est marquée par une seule phrase: "Seul l'amour...", il n'y a apparemment pas d'autres solutions à toutes ces souffrances. La femme l'avait compris. Un petit livre émouvant.

 

 

4è de couverture:
  Le Livre de Job fait mention de sa femme une seule fois, dans le chant II:
"Quoi ! Tu persévères encore dans ton adoration, dans ton intégrité ? Maudis donc Dieu et meurs ! lui dit-elle.
 - Tu parles comme une insensée", répond Job.
  Le livre d'Andrée Chedid donne voix et image à ce personnage biblique qui surgit brusquement à l'avant-scène et disparaît.
  C'est l'occasion pour l'écrivain de faire entendre, entre archaïsme et modernité, le vieux langage du coeur et de la chair chez ce couple mythique.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...