Tous pourris, ces gens qui nous gouvernent

publié le 3 July 2014 à 09h20 par Georges MARY

Pas besoin de fréquenter les cafés du commerce pour s'entendre dire que nos hommes et femmes politiques sont tous corrompus. Il faut reconnaître que les scandales ou les rumeures de scandales se suivent à une allure soutenue.

Tous pourris, ces gens qui nous gouvernentC'était tout naturellement le sujet de notre conversation hier chez mon commerçant.

Comme tant d'autres, il me disait qu'il n'y avait pas un homme politique honnête.

Je me suis alors permis de lui demander : n'y a-t-il vraiment que les hommes politiques qui sont malhonnêtes ? 

Mon ami commerçant m'a surpris lorsqu'il a spontanément reconnu : "Moi aussi, je ne suis pas toujours honnête". Mais c'était pour ajouter aussitôt après : "C'est vrai que je ne suis pas toujours honnête mais si je vois quelque chose, je ne vais pas le voler". 

Je le crois volontiers. Et pourtant, cette réponse ne me satisfait pas vraiment sur le fond.

N'avons-nous pas les tentations liées à notre situation ? On n'est pas tenté de la même manière selon qu'on est ouvrier ou patron, fonctionnaire ou chômeur, homme ou femme....

Les tentations de ceux qui nous gouvernent sont de toute évidence plus grandes que celles du commun des mortels et le moindre écart de trajectoire a des conséquences beaucoup plus importantes pour eux que pour nous. Et comme leurs adversaires et les médias sont à l'affut du moindre faux pas...

Qui peut me dire que je ne ferais pas comme eux si j'étais dans leur situation ?

J'affirme que personne ne peut le prétendre.

Quitte à me répéter, je préfère une fois de plus croire la Bible lorsqu'elle dit que c'est tous les hommes et tout l'homme qui sont corrompus. 

Oui, nous avons tous besoin de grâce.

Celui qui ne veut pas le reconnaître passe à côté de la chance de sa vie : la joie du pardon !

Commentaires

Gaëlle

09 July 2014, à 23:53

Il suffit d’avoir un tant soit peu de responsabilités pour savoir combien la tentation rôde autour de sa fonction. Elle vous nargue à la lisère des domaines sur lesquels vous vous croyez inébranlables et un faux pas peut vite arriver, les orteils d’abord, puis le pied, puis la jambe...
Plus haute est la fonction, plus les sirènes sont subtiles et oppressantes et l’écart de trajectoire a effectivement des conséquences plus importantes, souvent médiatisées.
Et puis il ya la conscience ambiante dont les repères sont de plus en plus flous au point de ne plus voir la ligne de démarcation. Voir la paille est toujours d’actualité, ça dédouane tellement de regarder la poutre !

Jemmapes

22 July 2014, à 19:28

Je pense pour ma part qu'il faut dépasser la question du mensonge du profit personnel (une vraie question, tout de même). Nous élisons des personnes pour occuper des postes très exposés. Nous avons besoin d'efficacité, dans la réduction des injustices notamment, et la "transparence" n'est pas forcément et dans tous les cas un gage de réussite. Ne soyons pas naïfs : décider suppose toujours des choix difficiles, ou une partie des objectifs attendus est sacrifiée pour que le reste passe. Ne nous laissons pas intoxiquer par les chaînes qui ne s'intéressent qu'au sensationnel !

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...