11 février 1717. William Williams, et le mariage royal

Image (11 février 1717. William Williams, et le mariage royal)

11 février 1717. William Williams,
Naissance en ce jour du 11 février 1717, de l’évangéliste gallois, William Williams (1717-1791), qui a écrit l’hymne "Guide Me O Thou Great Reddemer".

Un cantique populaire
La mélodie de ce cantique, CWM RHONNDA (« La vallée du fleuve Rhondda » en gallois), fut composée par John Hughes diacre dans une chapelle baptiste (1873-1932) en 1907 sur les paroles galloises originelles de William Williams de Pantycelyn (Pantycelyn signifie vallon de houx), un auteur très prolifique de cantiques gallois (il en composa près de 800), composé en 1785.

La mélodie est très connue au Royaume-Uni, mais peu connaissent véritablement les paroles voire le véritable titre. Il est plus connu en Angleterre sous le nom de « Guide me, O thou Great Redeemer » ou de « Bread of Heaven ». Il est souvent entonné par les spectateurs lors des matchs de rugby ou de football et ses paroles connaissent beaucoup de variations d'une paroisse à l'autre. Ce chant est parfois perçu comme un hymne non officiel du Pays de Galles.

Il a été chanté au mariage royal, le 29 avril 2011, du prince William et Kate Middleton ainsi qu’en 2012, au culte d’actions de grâces pour le Jubilé de la reine Élisabeth II ainsi qu’à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques en 2012 à Londres

Les paroles originelles du cantique ont pour sujet la manne qu'offre Dieu lors de l'Exode d'Égypte du peuple Juif.
Il enb existe en français au moins deux versions : «  « Jéhovah, vers Toi je crie (SAF 185)» ; et SAF 187 « Par la flamme et la nuée ».

Voici le texte original et une paraphrase :

Guide me, O thou great Redeemer,
pilgrim though this barren land;
I am weak, but thou art mighty;
hold me with thy powerful hand;
Bread of heaven, feed me now and evermore.
Guide-moi, Ô toi grand Rédempteur
Pèlerin, sur cette terre stérile
Je suis faible, mais tu es fort
Tiens-moi avec ta puissante main
Pain du ciel, Nourris-moi maintenant et à jamais

Open now the crystal fountain,
whence the healing stream doth flow;
let the fiery cloudy pillar
lead me all my journey through;
strong Deliverer, be thou still my Strength and Shield.
Ouvre maintenant la fontaine cristalline
D'où le flot guérissant  jaillira
Que la colonne de nuée et de feu
Me mène tout au long de mon voyage
Puissant libérateur, Sois toujours ma force et mon bouclier

When I tread the verge of Jordan,
bid my anxious fears subside;
Death of death, and hell's destruction
bear me through the swelling current,
land me safe on Canaan's side;
songs of praises, I will ever give to thee.
Lorsque je foulerai le bord du Jourdain
Ordonne à mes peurs anxieuses de s'éloigner
La mort de la mort, et la destruction de l'enfer
Porte moi au travers  du courant  tumultueux
Dépose-moi sain et sauf du côté de Canaan
Je t’offrirai pour toujours des cantiques de louanges.


Voici un extrait de l’article de Stuart Ludbrook sur ce cantique (Visages de baptisme, « Les cantiques du pasteur Ruben Saillens, p 103-104)


« ... L’original gallois remonte à 1745 du prédicateur et chanteur William WILLIAMS (Pantycelyn, Pays de Galles 1717, idem. 1791). Dans le texte anglais, le terme « Rédempteur » remplace celui de « Jéhovah », et il faudra aussi modifier le titre français : « Ô Seigneur, vers Toi je crie » et substituer « source » pour « onde » à la strophe 2. Ce cantique résume le périple du peuple d’Israël dans les livres bibliques de l’Exode (Ex 13,21-22 ; 14,15 et 19 ; 16,4-18 ; 17,4-6 et 40,38) et des Nombres 14,14 ; 20,8 et Josué 3,17. La prière d’antan devient celle du croyant :

Ô Seigneur, vers Toi je crie, / Dans ce désert, guide-moi !
Toute ma force est tarie, / Tout mon espoir est en Toi.   
Pain de vie (x3) Viens du ciel nourrir ma foi (x2)

Jaillis, source qui fais vivre ! / Colonne d’ombre et de feu   
Nuit et jour, je veux te suivre. / Que ta présence, ô grand Dieu !   
Me délivre ! (x3) Et m’environne en tout lieu ! (x2)    .

Lorsque la Mort, fleuve étrange, / Sous ses flots m’engloutira   
Sur l’autre rive, ton ange / Éternel, me portera   
Ma louange (x3) Vers Toi, toujours, montera ! (x2).

La rime est en ABABAB. Les mots courts et les répétitions renforcent le tout. Le désert, la manne, le rocher et la traversée (de la mer rouge) du Jourdain sont des étapes de la vie chrétienne vers la terre promise : le ciel. Les références à la mort et à l’ange (Ex 14,15 et 19) se rencontrent également dans les spirituals... »

Chargement en cours ...