15 septembre 1648. Benjamin Keach et le Catéchisme de Westminster

Le parlement britannique approuve le contenu du Petit et du Grand Catéchisme de Westminster… Les communautés protestantes anglo-saxonnes, presbytériens, congrégationalistes, baptistes… vont s’emparer de ces catéchismes et de leur méthode catéchétique pour enseigner la foi aux adultes et aux enfants.

Catéchisme baptiste
Et c’est ainsi qu’en 1689, paraît en Angleterre le « Catéchisme baptiste ». C’est une adaptation  du Petit Catéchisme de Westminster par Benjamin Keach, appelé communément « Catéchisme de Keach » (Keach’s catechism).
Les baptistes Benjamin Keach (1640-1704) et William Collins sont les compilateurs de ce catéchisme. Benjamin Keach s’est fait remarqué comme étant celui qui a popularisé l’usage des cantiques, autres que les psaumes dans le culte.  Ce catéchisme avait comme premier objectif de rendre plus accessible le contenu de la Confession de Foi baptiste de 1689.

Benjamin Keach

Image (15 septembre  1648. Benjamin Keach et le Catéchisme de Westminster)

Benjamin Keach  se convertit alors qu’il était encore adolescent par l’intermédiaire du ministère de Matthew Mead. Il est baptisé à l’âge de 15 ans. C’est la lecture de la Bible qui l’a convaincu de l’absence de fondement du baptême des enfants et de la nécessité pour chaque croyant d’être baptisé par immersion. A 18 ans il commence à prêcher. Pendant 10 années il sert en tant que évangéliste qui a des principes baptistes et non conformistes. C’est également sa lecture des écritures qui le poussera ensuite à évoluer progressivement vers les doctrines calvinistes de la grâce.
En 1664, il écrit un opuscule intitulé « L’instructeur des enfants », dans lequel il apporte un enseignement destiné aux enfants, différent du catéchisme officiel de l’église anglicane. Pour cela, il est mis au pilori et incarcéré.
Keach a calqué son catéchisme sur le Petit Catéchisme de Westminster. Il n’en fait pas mystère. Dans sa préface il écrit :
« Nous avons voulu montrer notre communion profonde avec de nombreux autres chrétiens que nous estimons grandement. Nous avions établi il y a quelques années une Confession de Foi presque identique à la Confession de Foi de Westminster. Celle-ci avait été adoptée par les anciens et délégués de nombreuses églises,  composées de baptisés sur profession de leur foi. Maintenant nous avons voulu adjoindre à cela un petit compte rendu des Principes Chrétiens pouvant servir à l’instruction au sein de nos familles. A cela nous sommes  d’autant plus enclins que nous avons déjà utilisé largement  utilisé ce Catéchisme Westminster dans nos familles, et comme les différences ne sont pas nombreuses, il sera d’autant plus facile de le mémoriser ».
86,5% du Catéchisme de Keach. provient du Petit Catéchisme de Westminster.

Citation de Charles Spurgeon
Les paroles de la Préface du « Catéchisme Puritain » (1855) de Charles Spurgeon restent d’actualité :

« Je reste persuadé que l’utilisation dans nos familles d’un manuel de catéchisme serait une sauvegarde contre les erreurs qui prolifèrent aujourd’hui. C’est dans ce but que j’ai rassemblé, d’abord pour mon église, le contenu de ce petit manuel tiré en grande partie du petit catéchisme de Westminster et du catéchisme Baptiste de Keach. Ceux qui l’utiliseront dans les familles et les classes bibliques devront s’attacher à en expliquer le sens. Mais  c’est apprises par cœur, que les paroles  seront assimilées petit à petit. »

On peut consulter les deux traductions en français du  Petit catéchisme de Westminster, auxquelles nous sommes largement redevables, dans la Revue Réformée aux  n° 108 (1976)  et n° 153 (1988). Le «  Keach’s catechism ». édité en Angleterre en 1689 a été récemment révisé par John Piper avec des commentaires qui lui sont joints.

Un Catéchisme baptiste (extrait : les 2  premières questions)

Question 1: Qui est le premier et le meilleur des êtres?
Dieu est le premier et le meilleur des êtres (Ésaïe 44:6; Psaume 8:1, 96:4, 97:9, 1 Samuel 2:2).

Question 2: Quel est le but principal de la vie humaine ?
Le but principal de la vie humaine est de glorifier Dieu et de trouver en lui son bonheur éternel (1 Corinthiens 10:31; Psaumes 16:11; 37:4; 73:25-26; Esaïe 43: 7).

Commentaire : «Glorifier" ne signifie pas rendre glorieux. Cela veut dire manifester sa gloire, refléter sa gloire.

 

Chargement en cours ...