1er juillet 1867. Canada

1er juillet 1867. Canada

En 1867, lors des conférences destinées à donner une Constitution au Canada, d'aucuns songent à appeler celui-ci "royaume du Canada" ou même "république du Canada".

Mais le gouvernement anglais s'y refusera et préfèrera le néologisme de Dominion. Voici pourquoi.

L'un des participants était Sir Samuel Leonard Tilley, qui était le premier ministre du Nouveau-Brunswick à l'époque. Comme beaucoup d'autres délégués à Londres, il était un chrétien fervent qui commençait chacune de ses journées par la lecture de la Bible et la prière. Un matin au cours de son culte matinal à Londres, il a lu le Psaume 72 et a été frappé par le verset 8 qui, dans l'ancienne version King James, se lisait comme suit : He shall have dominion also from sea to sea, « Il dominera d'une mer à l'autre."

Plus tard dans la journée, alors que les délégués discutaient des mérites relatifs du royaume, de la république ou de quelque chose d'autre pour décrire le Canada, il suggéra que "dominion " pourrait être un bon mot, se référant à ce texte du Psaume 72.

Le nouveau pays devait s'unir être sous le regard de Dieu, et de plus, il allait bientôt s’étendre littéralement d’un océan à l’autre, de l’Atlantique au Pacifique, de sorte qu’il serait approprié de l’appeler « dominion du Canada». Les autres délégués, le Premier ministre britannique et la reine Victoria, approuvèrent la proposition et c'est ainsi que « dominion » est devenu la désignation officielle du Canada. C'est aussi pourquoi la fête nationale du 1er juillet, que nous appelons maintenant la fête du Canada, a été appelée fête du Dominion jusqu'en 1982.

Au bout du monde

Cependant, le texte cité par Tilley n’est pas simplement un texte qui contient le mot « dominion » et qui fait référence à deux mers. Cela se produit dans un psaume assez spécial.

Le Psaume 72 est écrit par le roi Salomon et parle du roi idéal. Cela semble décrire un roi humain, comme David ou Salomon, mais sans leurs défauts de caractère. Ce qui est décrit est un roi idéal. Mais au fur et à mesure que nous lisons le psaume, nous commençons à comprendre que ce n’est pas seulement un roi humain qui est décrit.

C’est à ce stade que nous arrivons au verset que Sir Samuel Leonard Tilley a lu à Londres en 1867 : «Il dominera d'une mer à l'autre, et du fleuve jusqu'aux extrémités de la terre". Dans le contexte de l’ancien Israël, cela signifiait que la souveraineté du roi idéal serait mondiale, d’un océan à un autre océan.

Il est clair que le futur roi idéal qui est décrit ici, avec sa souveraineté universelle, n’est pas un roi humain comme David ou Salomon, mais un roi surhumain dont la souveraineté est aussi large que celle de Dieu lui-même. Ce qui est décrit est l'attente future du roi messianique de l'Ancien Testament. En conséquence, les Juifs de l'Ancien Testament comprenaient depuis longtemps déjà que le Psaume 72 parlait du Roi Messie à venir et que les chrétiens ont toujours compris qu'il se réalisait en Jésus-Christ. En reprenant cette citation du Psaume 72, Samuel Tilley avait donc une vision chrétienne de l'avenir du Canada.

Mais il y a plus. Lorsque le Canada du se choisir ses propres armoiries en 1921, il fut décidé de reprendre cette référence de « dominion d'un océan à l'autre » du Psaume 72. Dans les armoiries canadiennes officielles, nous avons les mots latins "a mariusque ad mare" , c’est-à-dire « d’un océan à l’autre », citation directe du Psaume 72.

Certaines versions des armoiries canadiennes, contiennent également une autre expression latine, à savoir "desiderantes meliorem patriam", qui signifie « aspirent à un pays meilleur ». une autre allusion biblique, à savoir Hébreux 11: 6.

Mais il y a encore plus. Lorsque le Canada a adopté son propre drapeau en 1965, le dessin initialement proposé, qui avait été privilégié par le premier ministre Lester Pearson, comportait deux barres bleues à droite et à gauche représentant l’Atlantique et le Pacifique. Ceci a été explicitement conçu pour faire allusion à l’étendue du Canada « d’un océan à l’autre ». Bien que dans la conception finale on ait changé la couleur du bleu au rouge, les deux barres situées de part et d’autre du drapeau demeurent.

Le mot "dominion" a été appliqué ensuite à différentes colonies britanniques devenues autonomes et/ou indépendantes (Australie, Nouvelle-Zélande, Union sud-africaine, Terre-Neuve, Irlande, Inde, Pakistan, Ceylan). Aujourd'hui, le mot n'est plus utilisé pour qualifier ces États.

Pleinement indépendants, les anciens dominions font partie depuis 1949, au même titre que le Royaume-Uni, du Commonwealth of Nations, un club dont le chef est le souverain anglais.

Chargement en cours ...