2 août 1839. Auguste Bartholdi et Paris

publié le 2 August 2021 à 00h01 par José LONCKE

2 août 1839. Naissance à Colmar d’Auguste Bartholdi (1839-1904)

2 août 1839. Auguste Bartholdi et Paris
Petit itinéraire dans Paris autour de l’œuvre du grand sculpteur.

Départ : Métro Courcelles : En se rendant rue Chazelles, on peut évoquer, pas très d’ici, la rue Chaptal, où Bartholdy a reçu les cours d’Ary Scheffer. Décidant de devenir artiste, comme son maître, il opte pour la sculpture et transpose, à 18 ans, un tableau de Scheffer en bas-relief. Sa vocation est confortée par les premiers succès au Salon, en 1855. Il signe, pour sa ville natale, une statue en bronze du général Rapp haute de 3,5 m.


21-25 rue de Chazelles
Une borne historique de la Mairie de Paris rappelle que la fameuse statue La Liberté éclairant le monde, érigée à l’entrée du port de New-York pour célébrer le centième anniversaire de l’indépendance des Etats-Unis a été réalisée là. Le 24 octobre 1881, les bâtiments ont été pavoisés aux couleurs de la France et des Etats-Unis ; et l’ambassadeur des Etats-Unis en France a posé le premier rivet devant servir à réunir la gigantesque statue d’Auguste Bartholdi à son socle.
On s’est souvent demandé où le sculpteur avait trouvé son inspiration. La légende nous dit que Bartholdi a fait poser la jeune femme qu’il venait d’épouser. C’était à Newport, dans une église de l’état de Rhode Island. Cela n’est pas qu’une simple anecdote, car il existe bien un lien profond entre la liberté et les Eglises et cet état américain. Le pasteur baptiste Roger Williams avait fondé la ville de Providence ((1636), c’était le premier endroit au monde où la liberté de conscience était accordée à tous, quelles que soient  leurs convictions. La colonie allait grandir et devenir l’Etat de Rhode Island. Sa charte stipulait que les lois s’appliquaient « uniquement dans le domaine civil ». Cette séparation s’est étendue ensuite à tous les Etats-Unis après 1776.
L’atelier personnel de Bartholdi se trouvait au 21. Il s’y était installé à demeure pour mieux surveiller les travaux. Au 23 se trouvait l’atelier de modelage. Les plâtriers y façonnaient les agrandissements des différents éléments de la statue. Dans d’autres parties de l’atelier (au 25), les ferronniers forgeaient les éléments du squelette sous les directives de Gustave Eiffel, et les dinandiers façonnaient les plaques de cuivre qui constituent l’enveloppe.
Le président de la République, Jules Grévy se rend sur le chantier en mars 1883. Un an plus part, le 24 novembre 1884, tête nue, Victor Hugo gravit lentement les deux premiers étages de la statue. Le 30 avril 1885, la statue, démontée, est embarquée à Rouen sur l'Isère au son de la Marseillaise.
(On peut prendre le métro jusqu’à Passy)


Île aux cygnes, Pont de Grenelle
Bartholdi avait d’abord façonné une maquette de la Statue de la Liberté en plâtre de 11,50 mètres et de 14 tonnes en 1885. C’est la version coulée en bronze de ce modèle qui est placée à l'extrémité aval de l’Île aux Cygnes, à la hauteur du Pont de Grenelle. Elle fut  inaugurée le 4 juillet 1889 par le président Carnot, 3 ans après la « new-yorkaise » (28 octobre 1886), en présence de son créateur.
Place des Etats-Unis :
Statues de La Fayette et Washington (1891-1895)

Place de l’Alma
La réplique de la flamme de la statue, la Flamme de la Liberté, offerte par les États-Unis à Paris se trouve place de l’Alma depuis 1989. Elle est devenue mondialement connue en devenant un monument de recueillement à la Princesse Diana, morte en août 1997, dans le tunnel de l'Alma qui passe sous la flamme

Place Denfert-Rochereau
Installé en 1880, le lion de la place Denfert-Rochereau, est une réduction, au tiers e sa grandeur, du fameux lion de Belfort de Bartholdi.


Temple de Boissy : 4, rue Mercière (RER ligne A, Station Boissy-Saint-Léger)
Au porche d'entrée du temple Réformé Boissy-Saint-Léger (94), se trouve un haut peu connu du sculpteur. Cette oeuvre de 1874 représente deux anges (La Foi et l’Espérance). La première Eglise baptiste de Boston aux Etats-Unis a un point commun avec le temple réformé de Boissy : leur propre temple comporte une frise du sculpteur représentant le baptême, la communion, le mariage et la sépulture.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...