27 janvier 1756 Naissance de Mozart (1756-1791)

publié le 27 January 2021 à 00h01 par José LONCKE

27 janvier 1756 Naissance de Mozart (1756-1791)

27 janvier 1756 Naissance de Mozart (1756-1791)

Wolgang Amadeus est né le 27 janvier 1756 à Salzbourg, de Leopold Mozart et Anna Maria Pertl. Il meurt le 5 décembre 1791 à Vienne, à l’âge de trente cinq ans, après avoir composé plus de six cents œuvres, parmi lesquelles il faut mentionner, au nombre de ses œuvres clés, ses opéras, ou encore sa Symphonie n° 40, ses concertos pour piano, pour violon ou pour clarinette, ses Quintettes à cordes, sa messe en do, ou encore son célèbre Requiem qu’il a composé, en partie, sur son lit de mort, et qui est resté inachevé.

La joie par-delà les larmes
La musique de Mozart nous parle de la joie à travers les larmes, ou par-delà les larmes, comme l'a exprimé la pianiste Marie-Françoise Bucquet :


" Ce qui est irrésistible dans la musique de Mozart, c’est sa capacité à se transformer par les modulations et les rythmes dont les valeurs s’additionnent et se chevauchent. D’où cette impression de mélange de rires et de larmes. Cela donne à la musique une ambiguïté qu’il faut avoir le courage d’affronter ".

Sans doute faut-il attribuer cette conception foncièrement optimiste de la vie à son éducation religieuse (Mozart était catholique romain ), Cet optimisme en effet  s’enracine, fondamentalement, dans l’espérance qui s’attache à la victoire du Christ sur la mort et à la promesse de la résurrection.

Optimisme qui n’efface pas la part sombre de notre vie terrestre, le côté obscur de la nature humaine, marquée par le péché, mais qui permet néanmoins de le dépasser. Car c’est la vie qui triomphe, en définitive, de la mort. La mort qui n’a pas le dernier mot.

Car c’est l’amour qui triomphe, toujours ! L’amour auquel Mozart a consacré, aussi, l’essentiel de son œuvre, et qui est si célébré dans ses opéras.

Concluons avec cette parole de Luther qui disait, à propos du rapport entre la foi chrétienne et les diverses expressions artistiques à travers lesquelles l’Ecriture Sainte nous invite à contempler et à célébrer le Créateur :

" Je ne suis pas d'avis que tous les arts doivent être écrasés à terre et périr par l'Évangile, comme certaines personnes bigotes l'affirment, mais j'aimerais les voir tous, et surtout la musique, serviteurs de Celui qui les accorda et créa. "

Commentaires

jean-louis

30 April 2018, à 13:45

" Ce qui est irrésistible dans la musique de Mozart, c’est sa capacité à se transformer par les modulations et les rythmes dont les valeurs s’additionnent et se chevauchent. D’où cette impression de mélange de rires et de larmes. Cela donne à la musique une ambiguïté qu’il faut avoir le courage d’affronter ".
Oui, mais on peut ajouter que, comme pour Chopin, on a toujours l'impression que la musique de Mozart ne part pas de la terre, ne s'élance pas du sol pour développer ses fantastiques arabesques, elle part déjà de quelque chose de flottant, d'ondulant. C'est ce qui la rend si intemporelle et immatérielle.
Quant à sa naissance, je penserai toujours à la phrase de Guitry à propos de la naissance de Molière.
Vous savez, quand on vient déclarer sa naissance où il faut
- le prénom de l'enfant est Wolfgang Amadeus...
- le secrétaire aurait dû s'écrier : comment ! ? Mozart est né ?! Mon Dieu ! Mozart est né !

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...