28 mai 1849. Anne Brontë

publié le 28 May 2021 à 00h01 par José LONCKE

28 mai 1849. Anne Brontë
Anne Brontë (1820-1849)  est décédée le 28 mai 1849.
Anne naît dans le village de Thornton, dans le Yorkshire, dernière de six frère et sœurs, destinés à être l'une des plus célèbres familles littéraires de Grande-Bretagne, la famille Brontë. Elle est, tout comme ses sœurs Emily Brontë et Charlotte Brontë, une femme de lettres britannique.

Un cadeau, offert par leur père à Branwell (douze soldats de bois), stimule leur imagination : à partir de décembre 1827, Charlotte, Emily, Anne et leur frère Branwell commencent à créer des mondes imaginaires, qu'ils mettent en scène dans des récits, des poèmes, des articles de journaux, des pièces de théâtre.

Gouvernante par obligation
Gouvernante à moins de 19 ans, elle est remerciée de son premier emploi au bout de deux trimestres. Puis elle trouve une place chez le révérend Edmund Robinson, qui a trois filles et un fils de neuf ans, chez lequel elle demeure quatre ans. Elle est fortement marquée par son expérience de gouvernante
D'après sa sœur Charlotte, Anne avait un esprit empreint de religiosité, une nature sensible, habitée d'une certaine mélancolie. Plutôt réservée, elle masquait ses pensées et ses sentiments sous une sorte de « voile de nonne rarement soulevé ».
Les influences littéraires révélées par Agnes Grey sont beaucoup moins nettes que dans les œuvres de ses sœurs : ce roman est largement fondé sur son expérience de gouvernante, qu'elle décrit en particulier dans Agnes Grey avec un fort souci de véracité, en soulignant la lourde responsabilité des parents dans le manque de rectitude morale chez les enfants de certaines familles riches.
De plus, elle s'appuie sur un certain réalisme et tente de présenter les faits racontés sans travestissement. Anne est, en effet, habitée par la conviction, héritée de son père et de son enseignement biblique, qu'un livre doit offrir une leçon morale exemplaire.

Outre l'éducation donnée par Patrick Brontë, Anne subit aussi l'influence de sa tante, Elizabeth Branwell qui est une ardente Méthodiste. Sa rigueur morale, son sens très Wesleyien de la transformation personnelle par l'effort et l'étude sont transmis à tous les membres de la famille et trouvent un écho particulier chez la plus jeune des sœurs.

L'œuvre d'Anne laisse également transparaître l'influence de Walter Scott et des « romans gothiques ».

"Musique le matin de Noel"


La musique, je l’aime —
mais jamais accords ne parvinrent
à susciter ravissements aussi divins,
à apaiser ainsi le chagrin,
à surmonter ainsi la peine,
et à réveiller ce cœur pensif qui est le mien, —
comme ceux que nous entendons le matin de Noël,
charriés par la brise hivernale.

Malgré que les Ténèbres
gardent toujours leur empire,
et qu’il doive se passer des heures avant que la matinée ne finisse ;
cette musique, aimablement,
nous commande de rester éveillés,
loin des rêves troublés ou des sommeils profonds :
de sa voix d’ange, elle nous appelle à nous réveiller,
à l’adorer, et à nous réjouir.

Anne Brontë, non daté (extraits), traduction Davy Pernet, éditions Fougerousse, 2009.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...