4 juin 1535. Dieu parle directement en français

Le 4 juin 1535 fut publiée à Neuchâtel, la traduction d'une Bible protestante en français par l'humaniste Pierre Robert Olivétan, d‘après les originaux hébreux, araméen et grec. L‘ouvrage paraît chez Pierre de Wingle. On la connaît davantage sous l'appelation de « Bible d'Olivétan ».

Pour la première fois, Dieu parle directement en français! Olivétan est le premier à avoir donné au peuple français une traduction directement établie d'après les textes originaux hébreux et grecs. Sa traduction historique a servi de fondement à toutes les autres traductions françaises de la Bible

Lorsque Guillaume Farel (1489-1565) rencontra les Vaudois, ceux-ci montrèrent leurs vieux manuscrits ; quelques-uns, dirent-ils remontaient à quatre siècles en arrière. Les Vaudois les conservaient comme de précieux  trésors de père en fils. Ces livres étaient très rares et c’était tout ce qu’ils possédaient en fait d’écrits religieux. Il y avait parmi ces manuscrits d’anciennes Bibles copiées avec soin en vieux français. Pendant que, dans les pays soi-disant chrétiens, la Parole de Dieu était devenue un livre inconnu, ces paysans la possédaient et la lisaient de génération en génération. 

Farel insista plusieurs fois sur la nécessité de traduire rapidement la Bible en français à partir de l’hébreu et du grec. 

"Si ce sont là toutes les Bibles que vous possédez, beaucoup d’entre vous ne peuvent la lire que bien rarement ; vous devriez en avoir chacun une. S’il y a tant d’erreurs, c’est parce qu’on connaît mal la Parole de Dieu. Il faut faire imprimer des Bibles en français et que vous en ayez autant que vous voulez". 

Les Vaudois furent enchantés de cette proposition. Ils réunirent généreusement les fonds nécessaires. Farel pria le Seigneur afin qu’il suscite un homme capable d’entreprendre un tel ouvrage 

Ce fût Pierre Robert Olivétan ( vers 1505-1538), né à Noyon et cousin de Calvin, qui accepta de se mettre à cette tâche colossale. Il consacra tout son temps et toutes ses forces à ce travail jamais entrepris avant lui. Il élabore en deux ans une  Bible en français à partir des textes originaux hébreux et grecs. 

Olivétan écrit dans sa préface : 

 « Sans l’Evangile, tous nous sommes inutiles et vains, sans l’Evangile nous ne sommes pas chrétiens, sans l’Evangile, toute richesse est pauvreté, sagesse est folie devant Dieu, force est faiblesse, toute justice humaine est condamnée de Dieu. Mais par la connaissance de l ‘Evangile, nous sommes faits enfants de Dieu… L’Evangile est Parole de vie et de vérité. C’est la puissance de Dieu pour le salut de tous les croyants. »

Cette Bible, imprimée grâce à l’aide financière des Vaudois, héritiers spirituels de Pierre Valdo qui ont adhéré à la Réforme, eut une diffusion considérable dans toute l’Europe.

Olivétan introduisit le terme "L'Eternel" pour traduire le nom hébraïque de Dieu : Yawheh, Adonaï ("Seigneur" dans certaines traductions actuelles). Ainsi que le terme "sacrificateur" pour les officiants du culte de l'Ancien Testament. Le terme "coupe" à la place du "calice) des traductions précédentes ambigûes...

Olivétan n'aurait jamais voulu que son nom figure dans son édition de la Bible et, effectivement, on ne l'y trouve que sous forme d'acrostiche dans une dédicace faite en latin par l'un de ses amis. En lieu et place du nom du traducteur figurent :

A l'entête de la Genèse:"Dieu en tout"
à l'entête du Nouveau Testament: "en Dieu tout"
à la fin de l'Apocalypse: "tout en Dieu"

D'ailleurs il écrit dans sa Préface:

...La bonne coutume a obtenu de toute ancienneté que ceux qui mettent en avant quelque livre en public le viennent à dédier à quelque prince, roi, empereur ou majesté plus souveraine... Je, ayant en main cette présente translation de la Bible, n'ai pas fait selon cette coutume... car Jésus, voulant faire fête à la pauvre Eglise, m'a donné cette charge... d'en faire un présent, à toi... à qui rien l'on ne présente....

Lui veux-tu point donner ton amour et ta foi? Viens hardiment avec tous les plus braves, desquels les titres sont ceux-cis: Injuriés, Blâmés, Chassés, Décriés, Désavoués, Abandonnés, Mitrés, Décrachés, Chaffaudés, Exoreillés, Tenaillés, Flétris, Tirés, Traînés, Grillés, Rôtis, Lapidés, Brûlés, Noyés, Décapités, Démembrés, et autres semblables titres glorieux et magnifiques du Royaume des cieux.

 

 Image (4 juin 1535. Dieu parle directement en français)

Bible Olivétan. 1535 : Nombres


 

Chargement en cours ...