Dépendant aux jeux vidéo

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Blaise est aujourd’hui libéré d’une fausse solution à un vrai problème.
Dépendant aux jeux vidéo
J’étais adolescent quand les ordinateurs, les consoles de jeux et l’Internet haut débit se sont démocratisés. Ma passion dévorante pour l’informatique et l’attrait d’une communauté d’amis en ligne m’ont amené à passer beaucoup de temps sur Internet.

Prisonnier malgré moi

Je n’ai pas voulu le reconnaître au début, mais petit à petit, je suis devenu dépendant aux jeux vidéo. Je ne faisais presque plus de sport, j’accordais de moins en moins d’importance à mes amis et à ma famille. Dieu est passé lui aussi au second plan.
Ma seule obsession était de devenir toujours meilleur et plus performant aux jeux. Je ne pensais plus qu’à mes statistiques. Mes réussites me donnaient de l’orgueil et mes défaites me plongeaient dans une profonde colère et une tristesse persistante.

Aujourd’hui, je comprends

Mon besoin de reconnaissance et de réussite ne faisait en réalité que cacher mon mal-être et mes difficultés personnelles. J’étais très timide, je souffrais énormément de mon physique. Je n’étais pas quelqu’un de populaire.
J’ai aussi commencé à devenir colérique, impatient, malpoli. La vie loin des écrans faisait ressortir tout mon mal-être. Je cherchais à m’accomplir au travers des jeux vidéo, mais cela ne faisait que m’éloigner de ceux qui m’aimaient.

J’étais déchiré

Je me rendais compte que j’étais malheureux et que j’avais besoin de Dieu. Pourtant, je n’arrivais plus à prendre le temps de lire la Bible, de prier et de chercher son secours comme je le faisais autrefois.
J’ai gagné quelques tournois de jeux vidéo. J’ai alors ressenti beaucoup de fierté mais aussi autant de solitude, car je n’avais personne avec qui partager ce succès. Je me suis alors rendu compte combien j’étais seul et très loin de ce que j’aurais voulu être. Loin de Dieu aussi.
Mes parents et mes amis ont beaucoup discuté avec moi pour m’ouvrir les yeux. J’étais bien conscient que ce qu’ils disaient était vrai mais je n’arrivais pas à changer.

Dieu m’a répondu

Un soir, j’ai ouvert ma Bible car j’étais convaincu à ce moment-là que Dieu pouvait me donner la joie durable dont j’avais besoin. Un texte biblique m’a particulièrement aidé : celui où il est écrit que certaines choses que nous faisons ne sont pas bonnes pour nous et que nous ne devrions jamais nous laisser dominer par quoi que ce soit*.
J’ai alors supplié Dieu de m’aider. Je ne voulais plus que les jeux vidéo dominent sur moi et sur mes relations. Et Dieu a répondu favorablement à ma prière. J’ai compris que le plus important, c’est ce que je suis à ses yeux. Il n’attend pas de moi que je devienne meilleur ou que je joue un rôle. Il veut une relation simple, sincère et profonde avec moi.

Aujourd’hui

Je suis aujourd’hui pasteur. Malgré mon passé, je ne condamne pas les jeux vidéo en eux-mêmes. Ils sont une activité qui peut être vécue sainement, apporter de bonnes émotions et permettre de belles rencontres.
Je continue d’ailleurs à jouer mais ce n’est plus pareil. Ma quête la plus importante désormais : aimer et servir Dieu chaque jour. C’est autrement plus épanouissant !

Et vous ?
*1 Corinthiens 6.12



Vous aimerez aussi

Jésus a calmé la tempête qui me ravageait. Mes envies suicidaires ont...
Hafid n’a pas toujours respiré la joie de vivre qu’on lui connaît...
Cyclones, tremblements de terre, choléra… certains en ont conclu que Haïti...
Je suis né à Haïti… Je suis né à Haïti en 1981 et je suis venu en France...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...