Ses défauts ne m’agacent plus

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Il faut une bonne dose de persévérance, pour poursuivre ensemble la longue route de l’amour. « Will Hunting » est un film qui a renouvelé ma vision des choses. Quel rapport avec le couple me direz-vous ? C’est simple...
Ses défauts ne m’agacent plus
Lorsque le psychologue (Robin Williams) chargé de l’adolescent difficile (Matt Damon) parle de ce qui lui manque depuis que son épouse est décédée, il décrit avec beaucoup d’émotion l’intimité la plus simple, la plus basique...

Le banal qui fait du bien

Ces paroles qui décrivent quelque chose de banal ont ouvert mes yeux sur la profondeur et la valeur de cette intimité partagée. Il est précieux de partager avec son plus proche compagnon des détails personnels, uniques, que l’on peut seul connaitre. C’est ce qui fait aussi le ciment de l’attachement mutuel dans cette relation au quotidien. Et la routine, au lieu de devenir un poids, se transforme en reconnaissance...

Son défaut ne m’agace plus

Lorsque mon mari est fatigué par sa journée, je sais que je vais retrouver son pantalon« en accordéon ». Vous voyez de quoi je veux parler ? Deux tubes écrasés avec des chaussettes au fond ! Dans les premiers temps de notre mariage, j’étais agacée par cette manie car je vous laisse imaginer l’état du pantalon au matin. Puis, j’ai appris à sourire avec affection à la vue de cet accordéon. Il est devenu un indice intime de l’état de fatigue de mon compagnon.

J’apprécie nos différences

Je ne me lasse pas non plus de le regarder éplucher une pomme. Le couteau pénètre toujours de la même manière dans le fruit, le circuit d’épluchage est toujours le même. Et le premier quartier est toujours avalé avant la fin de l’épluchage ! C’est tout simplement très différent de ma méthode.
J’aime relever ces gestes simples de notre vie pour savourer cette différence, signe de notre complémentarité, assumée et appréciée avec reconnaissance.

De petits secrets de notre quotidien

De mon côté, il m’arrive souvent de laisser au fond d’un verre ou d’une tasse les deux dernières gorgées de liquide. C’est mon mari qui l’a noté. Et lui seul en connait la raison, celle que je me suis faite en tous cas. C’est lui également qui sait que je ne suis pas du matin. Grâce à Dieu, il a accepté très vite de faire sans moi avant une certaine heure, sous peine de grognements. Et il m’accueille avec joie un peu plus tard !
J’ai bien sûr d’autres petits travers, il a d’autres particularités. C’est notre vie commune partagée. C’est notre intimité. C’est le privilège de connaitre l’autre si bien, de l’admirer pour ses qualités tout en le respectant dans sa différence, sa fragilité, ses limites.
Et Dieu lui-même, ne nous regarde-t-il pas avec un sourire bienveillant lorsque nous jouissons de ce partage simple, inscrit dans la durée, et qui est notre lot sur cette terre ?

Vous aimerez aussi

Même si Fred doit beaucoup à Marie, leur amour n’explique pas tout ce qui a...
Lorsque je réfléchis à ma vie, je comprends aujourd’hui combien il a fallu...
Pas besoin d’être un État ou une ONG spécialisée pour venir en aide aux...
La vie de Marie Françoise n’est pas un long fleuve tranquille, mais elle a...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...