La division des versets dans le Nouveau Testament

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Résumé.
Quiconque a bénéficié d’un minimum d’enseignement catéchétique est en mesure de réciter le texte correspondant lorsqu’on dit « Jean 3.16 ». Toutefois, ce lien entre le texte biblique et des chapitres et versets n’a pas toujours été aussi spontané qu’il l’est aujourd’hui ! Qui a eu l’idée de diviser le texte en chapitres et en versets ? Cette question sera abordée à la lumière de l’histoire des premières éditions de la « versification » du texte biblique. Nous étudierons l’apport et les limites de la division des versets du Nouveau Testament. Avant d’aborder la question proprement dite (§ III), nous présenterons une brève étude historique de l’origine de la division en versets.

Abstract.
Anyone who has attended Sunday school can easily recite the biblical text the moment the Scripture reference “John 3.16” is mentioned. However, the “automatic” association between the text and the verse number was not always as spontaneous as it is today ! Where did the idea to separate the text into chapters and verses come from ? This question will be addressed by examining the first editions to include the chapter and verse divisions. In the following pages, we will study the contribution and limits of the division of the verses in the New Testament. Before turning to this question, (§ III), we will present a brief historical study regarding the origin of the verse divisions.
La division des versets dans le Nouveau Testament
. Introduction En 1845, William Wright, collaborant avec John Kitto, écrivit l’article « Verse2 » dans l’ouvrage intitulé A Cyclopedia of Biblical Literature. Wright n’était pas le premier érudit à s’intéresser à ce sujet, mais son article était le meilleur compte rendu de son temps de la question des origines, de l’histoire et du choix de la division en versets que nous retrouvons actuellement dans nos Bibles. Plus tard, Ezra Abbot, s’étant intéressé à de nombreuses éditions anciennes du N.T. grec, entreprit de mettre en parallèle les versions grecques de Robert Estienne (l’édition de 1551), de Bonaventure et d’Abraham Elzevir (l’édition de 1633). Ces éditions, également connues sous le nom de Textus Receptus (« Texte Reçu »), étaient considérées comme des éditions standards en Europe. Abbot cherchait à élaborer une liste qui indiquerait les lieux où les éditions de Bonaventure et d’Elzevir divergeaient, dans la division des versets, de celle d’Estienne. Le résultat de cette étude élaborée et comparative est présenté dans son étude intitulée « On the Division of the Greek New Testament into Verses3 ». Par la suite, plusieurs érudits publièrent d’autres études sur le même sujet.
Nous allons, dans ce qui suit, brièvement analyser le bienfondé de la critique de la division en versets que l’on trouve dans le N.T. Toutefois, avant de nous concentrer sur le sujet précis de la division en versets, une brève étude historique du sujet s’impose.

Vous aimerez aussi

Résumé. La notion de personne a reçu un approfondissement formidable au cours...
Résumé.Les caractéristiques de la vie chrétienne en Afrique témoignent de...
Résumé. Cet article resitue les origines du mouvement des Écoles du dimanche...
Résumé. Partant de l’hypothèse selon laquelle la lecture que l’on fait du...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...