10 avril 1827. L’Évangile selon Ben Hur

publié le 10 April 2017 à 00h01 par José LONCKE

10 avril 1827. L’Évangile selon Ben Hur

10 avril 1827. L’Évangile selon Ben Hur

Certains, en voulant nier le message chrétien, la mort et la résurrection de Jésus, sont devenus chrétiens. Voici une histoire vraie qui le confirme.

Tout le monde a entendu parler du film “Ben Hur”, ou l’a vu. Ce film fut réalisé d’après le livre du général américain Lewis “Lew” Wallace (10 avril 1827-1905). Ce film est un chef d’œuvre, il a reçu dix Oscars !
Beaucoup de personnes ont vu ce chef-d’œuvre du cinéma, mais peu connaissent l’histoire qui a présidé à la rédaction de l’ouvrage initial, mis en scène par la suite.

A la fin du 19e siècle, un grand incrédule Robert G. Ingersoll (1833-1899)  donnait des conférences au cours desquelles il décriait la foi chrétienne et allait jusqu’à nier l’existence de Dieu organisait. Dans le train, le conférencier converse un jour avec Lewis ’Lew’ Wallace, général en retraite.
Dans la conversation, Ingersoll met Wallace au défi de rassembler des matériaux pour écrire un livre prouvant au monde que tout ce qui concerne Jésus-Christ, n’est qu’un tissu de mensonges ; qu’un tel personnage n’a jamais existé et qu’il ne peut pas être l’auteur de l’enseignement du Nouveau Testament.

Le général Lew Wallace, également incrédule relève le défi. L’officier supérieur n’est pas du tout chrétien, mais il est actif, aime s’occuper et cela l’intéresse. Il se met au travail, voyage à travers le monde, fouille les bibliothèques, parle avec beaucoup de monde et prend une foule de renseignements. Plus il avance dans ses recherches, plus il est convaincu de l’erreur de sa démarche.

Après avoir écrit les quatre premiers chapitres de son livre, il craque, il tombe à genoux devant le Christ ressuscité, pour se convertir. Il s’adresse au Dieu Vivant : “O Dieu, révèle-toi à moi, pardonne mes nombreux péchés et aide-moi à devenir un véritable disciple de Jésus-Christ.” Dieu répond à sa prière et fait de lui un vrai chrétien.
Avec les éléments qu’il récolte, Lew Lewis Wallace ne peut s’empêcher de défendre les Evangiles et les vérités de la Parole, au lieu de les discréditer.  Il va alors reprendre ces chapitres et les documents dont il dispose pour réécrire finalement un nouveau roman qui deviendra un best-seller : Ben-Hur.

L’histoire se passe en Israël et à Rome. Le juif Ben Hur est arrêté sur l’ordre de Messala, son ami d’enfance romain. Il est enchaîné et emmené à travers le pays, condamné à ramer sur les galères romaines. En chemin, il croise un homme, un inconnu qui lui donne à boire. A la fin du roman et du film, le chemin de ces deux hommes se croisent une seconde fois à Jérusalem. L’inconnu qui a autrefois donné à boire à Ben Hur, souffre maintenant sous les coups de fouet des soldats romains et ploie sous le poids de la croix qu’il porte. Ben Hur le reconnaît et cette rencontre va changer son cœur dur, rempli de rancune et de haine. Ben Hur retrouve sa mère et sa sœur, lépreuses, mais toutes deux sont guéries sur le chemin de croix de Jésus. Ben Hur
Dans tout le roman, le Christ est présent. Ce n’est pas une œuvre sur le Christ, mais il est présent en filigrane tout au long de l’ouvrage, ainsi que du début à la fin du film. Le grand moment de l’œuvre n’est pas la course de chars, ni le dialogue entre le vainqueur juif Ben-Hur et l’officier romain agonisant sur une civière.

Le grand moment se passe quand cet homme Ben-Hur est conduit dans le désert pour aller aux galères. Sur ce chemin aride il croise un homme, un inconnu qui lui donne à boire. On ne voit pas ce personnage, on ne sait pas qui il est. Ils échangent juste un regard. Ben-Hur continue sa pénible marche. Mais ce regard va lui donner la force de supporter toutes ses épreuves, ses souffrances et ses luttes.

A la fin de l’histoire on retrouve encore ce personnage parce que leurs chemins vont à nouveau se croiser. Mais cette fois, c’est cet inconnu qui souffre et qui porte sa croix. Ben-Hur reconnaît le personnage qui lui avait donné de l’eau dans le désert quelques années auparavant. Ce personnage, c’est le Christ qui monte sur le Calvaire pour payer le prix de nos péchés. La rencontre entre ces deux hommes va transformer Ben-Hur. Le juif est rempli de rancune contre l’occupant romain ; il est envahi par un sentiment de haine pour venger ses sœurs. Mais l’amour remplace sa haine parce qu’il vient de croiser le Christ, le Messie.
Tel est le roman. Mais quand on sait comment tout cela a été mené au départ à l’initiative d’un homme qui voulait un ouvrage contre le christianisme, contre la foi chrétienne, et qui finalement réalise ce chef-d’œuvre, convaincu par l’étude de la Parole, cela donne un éclairage tout neuf sur le roman et sur le film. Quand on connaît cette histoire, cela donne plus de saveur à la prochaine lecture de l’ouvrage ou lors de la vision de cette mise en scène extraordinaire.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...