18 juin 2012. Mary Prince, héroïne des Bermudes

publié le 18 June 2021 à 00h01 par José LONCKE

18 juin 2012. Mary Prince

Le 18 juin 2012, Mary Prince est choisie comme héroïne des Bermudes pour la "Journée nationale des Héros" qui est un jour férié dans l'archipel.

Mais qui est Mary Prince ? 

Mary Prince (1788-1833) a été une résistante tenace à tous les stades de sa vie.

Née esclave de parents esclaves, aux Bermudes (territoire britannique), Mary Prince fut la première femme esclave à publier le récit de sa vie. The History of Mary Prince, a West Indian Slave. Related by Herself parut au Royaume-Uni, en 1831.

 

D’abord esclave domestique, plusieurs fois revendue, elle est envoyée en 1806 aux Îles Turques-et-Caïques, où les Bermudiens ont développé la production et le commerce du sel. Les conditions de travail y sont particulièrement difficiles : les esclaves souffrent de cloques et de plaies persistantes à cause de leurs très longues journées de travail dans l’eau des marais salants, tandis que la lumière du soleil réfléchie par le sel affecte leur vue. Mary Prince y passe plusieurs années avant de rentrer aux Bermudes.

 

En 1815, elle est vendue à un nouveau maître qui l’emmène à Antigua. En 1817, Mary se fait baptiser dans une église protestante, l’Église des Frères moraves, et rejoint la paroisse, où elle apprend à lire et prend des cours. En 1826, elle y épouse Daniel James, un charpentier et ancien esclave qui a racheté sa liberté grâce à l’argent récolté par son travail. Ce mariage déplait fortement à ses maîtres qui la battent en guise de punition, disant ne pas vouloir d’un homme noir libre chez eux.

 

En 1828, elle accompagne son maître en Angleterre, pays qui ne reconnaît pas l’esclavage sur son sol. Son maître refusant de la laisser acheter sa liberté, ce qui lui permettrait de retourner à Antigua vivre avec son mari sans être asservie de nouveau, Mary Prince consulte une société antiesclavagiste qui tente d’interpeller le Parlement sur son émancipation.

 

Son maître retourne à Antigua sans elle, avant que le cas ne soit examiné. Peu après, elle entre au service de l’abolitionniste Thomas Pringle comme domestique.

 

C’est chez Pringle qu’elle dicte son histoire à une militante de la cause abolitionniste. Le récit est publié en 1831 en Angleterre et aussitôt réédité.

 

Plusieurs procès s’ensuivent, lancés par ses anciens propriétaires, qui s’estiment diffamés.

 

Le témoignage de Mary Prince va être porté aussitôt à la connaissance des parlementaires et il émeut beaucoup l'opinion britannique. Il va servir à la préparation de la loi de 1833 sur l'abolition de l'esclavage dans les colonies britanniques. L’abolition fut votée en 1833 et  devint effective pour tous les esclaves en 1838).

 

Après la succès de la parution de son livre, la vie de Mary est mal connue. Elle reste en Angleterre au moins jusqu’en 1833. Elle est peut-être ensuite retournée à Antigua auprès de son mari, comme elle le souhaitait.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...