1er janvier 1767. Mary et Ann Carey, deux soeurs pour la Mission


Mary Carey (1er janvier 1767-19 janvier 1842) et Ann Carey-Hobson (3 juin 1863-12 mars 1843) étaient les deux sœurs de William Carey (1761-1834), le pionnier de la Mission moderne et ont soutenus avec ardeur l’œuvre missionnaire de leur frère.

Ann s’était mariée avec William Hobson (1756-1826), fermier à Cottesbrooke. Ils ont eu quatre fils (Jesse, Levi, David and William-Carey). Les deux derniers se sont installés en 1820, en tant que colons en Afrique du Sud.
Après la mort de William Hobson en  1816, Ann a obtenu un fermage à  Cottesbrooke de Sir James Langham. Ann Hobson, qui était une femme de caractère, continua de tenir des services religieux dans sa maison en dépit de l’opposition du propriétaire. des lieux.

Sir James les évinça de leur ferme en ces termes :
« Jamais je ne me sentirai disposé à abandonner mes fermes et maisons à ceux qui s'opposent à mes souhaits dans les sujets que je considère de la plus haute importance. quoique, les vôtre soient une famille remarquable et d'une grande influence dans le voisinage » .
Après leur éviction, Anne Hobson et sa sœur Mary, sa fille Hannah  et une servante allèrent vivre à Hemel Hempstead, dans le Hertfordshire. 

Mary Carey (surnommée « Polly » par son frère William) est née le 1er janvier 1767 à Paulerspury, dans le Northamptonshire.
Elle ne s’est jamais marié, et a vécu avec les Hobson la plus grande partie de sa vie.
L’histoire de Mary est édifiante. Elle est devenue paralysée à l’âge de 24 ans. Pendant 50 ans elle a vécu confinée dans sa chambre de malade. Pendant 11 ans, elle a été incapable de prononcer ou même murmurer une parole. Ensuite, elle est parvenue difficilement à articuler une phrase ou deux, puis pendant 20 ans a perdu de nouveau l’usage de la parole.  Son bras droit était le seul membre non paralysé de son corps.

Malgré tout, son visage rayonnait. Il était illuminé de l’intérieur et était, pour tous ceux qui le connaissaient, un miracle et une bénédiction. Malgré la douleur physique, avec une ardoise pour suppléer à la parole, elle a dirigé pendant des années une école biblique. Elle était l’une des principales responsables de la Mission (BMS), un soutien dont la correspondance avec les les missionnaires et l’intercession constante était agréable à Dieu.
Son travail dans la souffrance a été aussi grand que celui de son frère. Ainsi, tout travail, même caché, est connu et reconnu de Dieu.

'Or Jésus aimait Marthe et sa soeur et Lazare" (Jean 11. 5)

Image (1er janvier 1767.  Mary et Ann Carey, deux soeurs pour la Mission)

Plaque posée dans l'Eglise du village natal des Carey.

Chargement en cours ...