2 avril 1827. William Hunt et "La Lumière du monde"

publié le 2 April 2021 à 00h01 par José LONCKE

2 avril 1827. William Hunt et "La Lumière du monde"

William Holman Hunt (1827-1910), de son vrai nom William Hobman Hunt, né à Londres le 2 avril 1827, est un peintre britannique qui a fait partie des fondateurs de la confrérie des préraphaélites.

La Lumière du monde

"Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie". L’Évangile de Jean rapporte la proclamation du Christ qui inspira Holman Hunt à peindre cette image mondialement célèbre. C'est la troisième version de l'allégorie peinte par l'artiste :

- La première, de 1853, réside à Keeble College Oxford

-et la seconde, peinte peu de temps après, peut être vue à la Manchester Art Gallery.

-La toile de la Cathédrale St Paul a été peinte plus de cinquante ans plus tard (1900-1904), avec l’aide d’Edward Robert Hughes, et c’est ce qui semble être l’aboutissement de la vision de Holman-Hunt.

 

Ce «sermon dans un cadre» est devenu l'œuvre d'art la plus visitée de l'histoire. À son achèvement en 1904, l'œuvre a  parcouru le monde pour visiter la plupart des grandes villes du Canada, d'Afrique du Sud, de Nouvelle-Zélande et d'Australie. Elle a été vu par des millions de personnes et est l'une des œuvres les plus connues de son époque. Achetée à Holman-Hunt par l'industriel Charles Booth, elle a été donnée à la Cathédrale St Paul et dédicacée lors d'un service religieux en juin 1908.

Le choeur de la Cathédrale a chanté le psaume 119 qui comprend le verset: «Ta parole est une lampe à mes pieds et une lumière sur mon sentier”

Aujourd’hui, la toile déposée dans la chapelle Middlesex de la cathédrale, continue à faire passer le message: Le sauveur du monde est vivant et habitera le cœur de ceux qui l'invitent à entrer.

Il y a deux lumières montrées dans l'image. La lanterne est la lumière de la conscience et la lumière autour de la tête du Christ est la lumière du salut. La porte représente l'âme humaine, qui ne peut être ouverte de l'extérieur. Il n'y a pas de poignée sur la porte et les clous rouillés et les charnières recouvertes de lierre indiquent que la porte n'a jamais été ouverte et que le Christ demande la permission d'entrer. L'étoile du matin apparaît près du Christ, à l'aube d'un nouveau jour, et les mauvaises herbes de l'automne et les fruits tombés représentent l'automne de la vie.

La parole biblique est extraite de Apocalypse 3: « Voici que je me tiens à la porte et que je frappe. Si un homme entend ma voix et ouvre la porte, je viendrai à lui et souperai avec lui et lui avec moi. »

Le verger de pommiers et les pommes tombées pourraient symboliser la chute de l'homme, le péché originel.

Dans cette dernière  version de "La Lumière du monde", le Christ ne regarde plus pensivement vers le bas, mais fixe le spectateur.

Le Bouc émissaire (1856) est un tableau du même peintre qui représente le « bouc émissaire » décrit dans le livre biblique du Lévitique. Le jour de l'expiation, un bouc aurait ses cornes enveloppées d'un drap rouge - représentant les péchés de la communauté - et serait chassé.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...