28 avril 1801. Lord Shaftesbury, un programme pour la réforme sociale

publié le 28 April 2020 à 00h01 par José LONCKE

Lord Shaftesbury, un programme pour la réforme sociale

28 avril 1801.  Lord Shaftesbury, un programme pour la réforme sociale

Anthony Ashley Cooper (28 avril 1801 – 1er octobre 1885) septième comte de Shaftesbury, a vu son enfance éclairée par  sa gouvernante Maria Milles, qui lui racontait des histoires de la Bible, lui a appris à prier et semble l’avoir conduit à une foi personnelle dans le Seigneur Jésus-Christ.

A seize ans il prit la décision de consacrer sa vie à la cause des pauvres et des faibles.
Entré au Parlement en 1826, il a très vite mis en route son programme de réforme humanitaire, afin de remédier à quelques-unes des pires conséquences de la révolution industrielle.

Voici une liste qui est bien loin d’être complète :

-en 1842, « The Coal Mines Act » interdisait le travail sous terre dans les mines et les houillères pour les femmes et les filles et réduisait le temps de travail des garçons
-en 1845, « The Lunacy Act » assurait un traitement humain aux aliénés et désignait 15 « membres d’une commission en aliénation mentale » à laquelle il a appartenu pendant 40 ans.
-en 1847, 1850, et 1859, il a fait passer au Parlement des « Ten Hours Factory Acts » qui réglementaient le nombre d’heures de travail pour les femmes et les enfants.
-en 1851, « The Common Lodging House Act » a cherché à mettre un terme aux conditions d’insalubrité et de surpeuplement des maisons d’hébergement, a établi des critères acceptables et a permis aux autorités locales de les inspecter et de les contrôler.
-il a également fondé ‘The Ragged Union » et y a travaillé lui-même en faveur des enfants ramoneurs, des marchandes de fleurs, des orphelins, des prostituées, des prisonniers, des personnes handicapées et des enfants estropiés .

 Et pourquoi ? Quelle a été sa motivation ?
Tout d’abord, il aimait et vivait l’Evangile. Ses actions d’amour et de justice découlaient naturellement de sa foi évangélique, qui mettait l’accent sur

« la divinité de Jésus-Christ, son sacrifice expiatoire et son royaume à venir ».


Au cours des années 1830, cependant, il est devenu fermement convaincu de la seconde venue du Christ. Cette certitude pénétra toutes ses pensées et tous ses sentiments :

« Je ne pense pas, dira-t-il  à la fin de sa vie,  que, dans les 40 dernières années, j’aie vécu une heure consciente qui n’ait pas été influencée par la pensée du retour de notre Seigneur ».  

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...