Lire la Bible en groupe et Naître

Extrait
Note : 40
( 1 vote )

Sophie Schlumberger est la responsable du Service Biblique de la Fédération Protestante de France. Avec Laurence Belling, elle a animé une formation dans le cadre de l’École Pastorale. Nous sommes heureux de publier ce texte qui a été prononcé dans le cadre d’un colloque organisé par l’Institut Supérieur d’Études Œcuméniques en février 2006 sur le thème : « Lire la Bible aujourd’hui. Quels enjeux pour les Églises ? »

Lire la Bible en groupe et Naître

Cette intervention se situe à un niveau pragmatique. Je ne suis pas une théoricienne de la lecture de la Bible en groupe. Mon discours est élaboré depuis une pratique, des expériences, des essais vécus dans le domaine de l’animation de groupes de lecteurs/trices de la Bible ou, en formule plus concise, dans le domaine de l’animation biblique. Ces expériences m’ont donné à penser, m’ont amené à modifier ma pratique et à revoir mon point de vue : avoir des connaissances en théologie et en matière biblique c’est une chose, se lancer dans l’animation biblique en est une autre !

J’aimerais donc situer mon intervention à hauteur du travail discret, patient et joyeux que je mène comme animatrice biblique à la Fédération protestante de France.

Durant ces trente minutes de randonnée biblique qui me reviennent ce matin et que j’aimerais partager avec vous, j’attirerai votre attention sur plusieurs points, autant de balises sur le chemin de l’animation biblique :
• La lecture de la Bible en groupe, quelques chiffres,
• Les vertus du rendez-vous,
• Un corps de textes destiné à un corps de lecteurs,
• « Un vrai lecteur est quelqu’un pour qui l’autre existe »,
• Accueillir chacun et favoriser la constitution du corps,
• Jouer pour apprendre à lire et à vivre,
• Lire en groupe et naître.


La lecture de la Bible en groupe, quelques chiffres

La question ainsi posée - « Lire la Bible en groupe : quels enjeux ? » - présuppose que la lecture de la Bible en groupe est un fait évident, avéré. Or une enquête menée en 2001 par La Croix et la Sofrès, donne des chiffres redoutables pour nous, amoureux et passionnés de la Bible(1).

72% des Français ne lisent jamais la Bible et seulement 8% de la population française la lit au moins une fois par mois. Ceux qui lisent la Bible la lisent majoritairement seuls (74%), et 26% dans un groupe.

Nous avons donc devant nous un vaste champ de mission et sommes confrontés à une situation pour le moins paradoxale : alors que la Bible, véritable bibliothèque, est destinée à un public innombrable, ouverte 24h/24 et libre d’accès, cette bibliothèque est délaissée, par les individus et les groupes.

Comment donc donner envie à un large public de se rendre dans cette bibliothèque et d’y rejoindre d’autres lecteurs pour y lire ce livre ?

Et question inévitable, pour nous qui sommes réunis autour de la lecture de la Bible, depuis mardi : comment comprenons-nous notre fonction d’animateurs/trices de groupes bibliques ? Comment vivons-nous cette fonction si particulière qui consiste à animer un groupe de lecteurs/trices de la Bible ? Qu’y investissons-nous ? Quels enjeux y percevons-nous ? Je vais vous proposer plusieurs enjeux.


Les vertus du rendez-vous

Le premier enjeu, non qu’il soit le plus important, mais il mérite d’être dit, excusez la simplicité du propos : c’est la vertu du rendez-vous.

Marquer des rendez-vous avec d’autres dans son agenda, à l’extérieur de chez soi, qui imposent un déplacement, un dépaysement, où rejoindre d’autres êtres humains qui pratiquent une même activité, c’est un excellent moyen pour s’y tenir, à cette activité. Peut-être même qu’une cotisation annuelle serait une bonne chose, mais là nous entrons sur le terrain symbolique de la grâce !

Arrêtons-nous un instant à cette idée du rendez-vous. Parmi nous se trouvent certainement des personnes qui ont, avec ce début d’année, pris ce que l’on appelle de bonnes résolutions : arrêter de fumer, pratiquer régulièrement une activité sportive, par exemple. Ceux-là savent que pour tenir dans la durée ces efforts-là il est indispensable de s’aider d’un groupe et de rendez-vous réguliers avec celui-ci. Pour être soutenu, et tenir bon, parvenir à vivre son engagement.

Eh bien oui, je pense que lire la Bible est une activité non évidente, exigeante, qui engage le lecteur. S’y aventurer seul est souvent voué à l’échec. S’aider d’un groupe biblique, arracher au temps émietté, surchargé par le travail, les loisirs, les tâches quotidiennes, un moment réservé à la lecture, est certainement un excellent moyen de devenir un lecteur/trice endurant, de renouveler la motivation, et de tenir vif l’appétit de la lecture, de la lecture en compagnie d’autres. Car chemin faisant c’est le goût de la lecture et celui de ce compagnonnage qui sont activés, les deux ensembles.

Le rendez-vous a donc une double vertu, au moins : biblique et humaine. Grâce au rendez-vous, la Bible est lue et cela, dans un cadre social. J’irai même jusqu’à voir le rendez-vous biblique comme une réponse au désir de Dieu pour l’être humain selon Genèse 1 et 2 - que celui-ci s’épanouisse dans la relation à l’autre. Souvenez-vous ce constat de Dieu : « il n’est pas bon pour l’être humain d’être seul ».

Maintenant il est aussi nécessaire de complexifier les choses : se fixer des rendez-vous bibliques c’est un bon début. Que ces rendez-vous soient des temps forts dans l’agenda n’est pas gagné d’avance. Je veux dire qu’ils soient des temps forts dans la vie, qu’ils soient vivants, stimulants. Que l’on ait le désir d’y revenir, que cela vaille la peine !

Vous le savez bien, il existe des groupes bibliques que seule l’habitude de se réunir maintient en vie, des groupes qui ne savent plus très bien ce qui se joue lorsqu’ils se réunissent. Or un groupe biblique vivant est un groupe dont les participants sont… vivants, vifs, acteurs : qui s’expriment, qui s’écoutent - soi et l’autre (participant, texte, Parole de Dieu), qui bougent dans leur tête et dans leur corps, qui évoluent, réfléchissent, jouent, rient, affrontent des difficultés, etc.

Oui, il n’y pas erreur, c’est bien de groupe biblique que je vous parle. Pour devenir un temps fort dans l’agenda, dans mon agenda en tout cas, et dans ma vie, un groupe biblique doit être un corps vivant !

Corps vivant... où, comme Paul le dit dans sa métaphore, chaque membre a sa place, reconnaît celle de l’autre, se sait reconnu comme membre du même corps et existe dans l’interaction, l’intersubjectivité.

...

 ...

1. La Croix (mardi 23 octobre 2001) et Info-Bible, Bulletin d’Information de l’Alliance biblique française (décembre 2001). Ce sondage CSA-La Croix a été réalisé par téléphone les 26 et 27 septembre 2001 auprès d’un échantillon représentatif de 1004 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille), après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Vous aimerez aussi

Les chrétiens évangéliques sont, de loin, les Français qui lisent le plus la...
Les débats sur l’évolution et le créationnisme tiennent une place...
Nous avons déjà, dans de précédents numéros (58 et 59), publié des textes...
Il est parfois difficile, lorsqu'on n'en a pas l'habitude, d'animer un culte....

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...