L’autorité du pasteur dans l’Église

Extrait
Note : 40
( 1 vote )
L’autorité du pasteur dans l’Église

« Qui est le plus grand ? », telle est la question mesquine qui, pour la deuxième fois, agite les disciples (Lc 9.46) et qui a pour enjeu la désignation de celui qui a autorité dans le groupe. Eu égard au contexte – l’annonce de la mort et de la trahison de Jésus – la querelle peut nous paraître déplacée. Mais en la matière nous n’avons rien à envier aux douze : les disputes relatives au pouvoir jalonnent l’histoire de l’Église en général et celle de nos Églises évangéliques en particulier. Bien des divisions aux motifs apparemment « spirituels » cachent en fait des querelles de personnes et une certaine lutte pour le pouvoir. Pourquoi de telles disputes à propos de l’autorité ? Sinon parce que nous abordons la question de la manière à la fois la plus courante et la plus mauvaise qui soit : nous lions l’autorité à la grandeur et nous nous mesurons sans cesse aux autres à ce propos. C’est ainsi que, dans l’Église, chacun est tenté de voir midi à sa porte : tel croit à son autorité en raison de sa force de caractère, tel autre la suppose à la mesure de ses contributions financières, tel autre enfin la prétend proportionnelle à sa réussite professionnelle ou à sa position sociale… Jésus récuse une telle conception de l’autorité et la dit comparable à ce qui se passe dans le monde (Lc 22.25). Pour lui, l’autorité n’est pas affaire de grandeur affichée, mais de service humble et concret.

Avant d’aller au cœur du sujet, un détour par des questions de méthode s’impose. En effet, de trop nombreux anciens et pasteurs errent en la matière en faisant appel à des textes bibliques qui ne s’appliquent pas à leur situation.

A. Le Nouveau Testament d’abord

En ce qui concerne l’autorité du pasteur dans l’Église, le document de référence est le Nouveau Testament. Faire appel en la matière aux récits ou aux lois de l’Ancien Testament n’est pas sans difficulté, et parfois même sans danger, si aucun effort d’interprétation approprié n’est effectué. L’Écriture, elle-même, se présente comme un document double, Ancien Testament et Nouveau Testament, qui correspond à une distinction d’alliance : ancienne et nouvelle, témoignant, elles-mêmes, d’étapes différentes dans le plan de Dieu.

Le Nouveau Testament plus que l’Ancien Testament

C’est une chose que nous avons généralement bien comprise quand il s’agit du salut. Nous tenons pour acquis, en raison de l’enseignement de l’Épître aux Hébreux, l’inanité actuelle du système sacrificiel de l’Ancienne Alliance, parce que remplacé et accompli par le sacrifice unique, parfait et éternel de Jésus à la croix. Nous acceptons aussi la manière différente qu’a le Saint-Esprit d’opérer dans les cœurs : accordé avec parcimonie et par anticipation de l’œuvre du Christ sous l’Ancienne Alliance, il a été répandu depuis la Pentecôte avec abondance et de façon universelle sur tous ceux qui croient(1)… et l’on pourrait multiplier les exemples de distinction.

Or, curieusement, certains oublient cette distinction quand il s’agit de l’Église, de son fonctionnement, des ministres qui la composent et de l’autorité qui s’y exerce. Il ne me semble pas légitime d’assimiler sans autre qualificatif l’Église à Israël. Bien évidemment, l’un et l’autre sont liés puisque tous deux objets du plan de salut de Dieu – mais ils ne sont pas identiques. Israël est une nation avec une culture définie, des contraintes géopolitiques… L’Église est une réalité spirituelle qui transcende les cultures et se joue des frontières. Vouloir appliquer à l’Église le système de fonctionnement de la théocratie (finalement malheureuse) qu’a été Israël, ou pis de sa monarchie, c’est faire de l’Église un État – ce qu’elle n’est pas et ne sera jamais sans renoncer à son identité spirituelle. Dans la même veine, je crois abusif de défendre l’autorité d’un ministre sur la seule base d’un exemple vétérotestamentaire. J’ai ainsi entendu un pasteur se comparer à Élie et déclarer que les chrétiens étaient à son service comme Élisée et les cinquante fils de prophètes étaient au service d’Élie !

Dans tous les cas, il sera donc sage de fonder sa théologie de l’Église et de son fonctionnement sur le Nouveau Testament et d’utiliser l’Ancien Testament avec circonspection, selon les indications qu’en donne le Nouveau Testament lui-même.

Tout le Nouveau Testament

Une fois ce premier principe acquis, il est nécessaire d’en observer un deuxième : se référer dans l’étude du sujet à tout le Nouveau Testament et pas seulement à une partie.

Pour des raisons aussi diverses que la paresse, le choix délibéré ou la mauvaise foi, nous sommes tentés de nous en tenir à quelques textes commodes et à négliger les autres. Les uns ne voient l’Église véritable que dans le récit des Actes, d’autres privilégient les lettres de Paul dans ce qu’elles ont de disciplinaire (parce que cela correspond à un trait de leur caractère), d’autres encore ne veulent y voir que l’enseignement sur la liberté chrétienne (jusqu'à trier ce qui est « paulinien » de ce qui ne l’est pas) … Nous devons résister à cette tentation, faire preuve d’honnêteté intellectuelle et surtout de respect pour la richesse du conseil de Dieu inscrit dans sa Parole.

Une saine interprétation de l’Écriture consiste à ...

1. Les expressions « avec parcimonie et par anticipation » et « avec abondance et de façon universelle » résument l’étude détaillée et convaincante de mon collègue Sylvain ROMEROWSKI, L’œuvre du Saint-Esprit dans l’histoire du salut, Charols, Excelsis, 2005.

Vous aimerez aussi

L’auteur de ce chapitre a publié un ouvrage sur ce sujet, aussi concis...
À chaque session longue de l'École Pastorale, «carte blanche» est donnée à...
Ce texte résume les interventions de Richard Gelin, pasteur à Bordeaux, lors...
Le Réseau de soutien aux ministères (RESAM) est un réseau de personnes...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...