Des Flash mobs qui font tache d’huile

Complet Fait de société

Abonnement au magazine Croire et Vivre

Je m'abonne

Des Flash mobs qui font tache d’huile

Venue des États-Unis, la mode des Flash mobs s’est répandue partout depuis quelques années. C’est quoi au fait une Flash mob ? L’expression vient de l’anglais. On la traduit généralement par foule éclair ou mobilisation éclair. Il s’agit d’un rassemblement soudain de plusieurs personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance. Après quoi, chacun se disperse rapidement. Quand l’événement est organisé au moyen d’Internet, la plupart des participants ne se connaissent pas.

Le phénomène a commencé par la Freeze party rassemblant des personnes qui s'immobilisaient tout d’un coup pendant plusieurs minutes, dans la position où elles se trouvaient juste avant un signal convenu d’avance. Les Freeze parties ont par la suite connu des déclinaisons ludiques et plutôt musicales. La plus connue est sans conteste, à ce jour, la méga Flash Mob organisée pendant le concert du groupe Black Eyed Peas, à Chicago.

Le phénomène est désormais d'ampleur mondiale. Il a été repris par de grandes entreprises dans le cadre de leur communication. Des collectifs s’en saisissent aussi pour exprimer des revendications. C’est ainsi que « Génération précaire » s’est invité aux Galeries Lafayette à Paris, pour alerter les clients sur le recours à des stagiaires non rémunérés.

Un début d’analyse ?

Nous  appartenons tous à des cercles différents de plus en plus nombreux. Si nous comparons notre vie à celle de nos parents, voire à celle de nos grands-parents, elle est bien plus compliquée que la leur. Ils appartenaient d’abord à leur village, leur famille, leur profession, leur Église ; c’était à peu près tout. Assez simple en fait.

Aujourd’hui, nous sommes sollicités pour nous engager dans d’innombrables activités. Du coup, nous nous engageons peu dans chacune. Les liens sont moins forts. Ce qui a des conséquences sur tous les aspects de la vie : citoyenne, familiale mais aussi spirituelle.

Nous voilà en pleine contradiction : d’un côté, nous cherchons à appartenir à des groupes et d’un autre, nous n’avons plus le temps suffisant pour nous engager vraiment avec les personnes qui en font partie.

Leur caractère spectaculaire et convivial rend souvent les Flash mobs bien sympathiques. Il n’empêche qu’une société a besoin de relations stables et profondes pour se construire dans la durée. Donc de priorités.

Auteurs
José LONCKE

Recevez ce numéro
au format papier

3 €

J'achète ce numéro

Ce numéro sera bientôt disponible à l'achat au format numérique.

Abonnement au magazine Croire et Vivre

Je m'abonne

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...