Faut qu’ça saigne !

Complet Fait de société 1 commentaire

Quand l'image est utilisée pour terroriser...

 

Abonnement au magazine Croire et Vivre

Je m'abonne

Faut qu’ça saigne !

Parler des exécutions mises en scène par les islamistes, c'est pour moi un exercice théorique. Je n'en ai regardé qu'une seule, qui avait été dénoncée par un citoyen français horrifié. Et encore n'ai-je pas pu regarder jusqu'au bout ce jeune chrétien qui « a gardé le silence comme un agneau qu'on mène à l'abattoir(1) » pendant que des individus lui découpaient lentement la gorge en filmant la scène. Hormis cet exemple, je ne connais les exécutions que par les échos des médias. Elles se sont largement banalisées depuis. Et je suis atterré de voir qu'il existe, chez nous, certains pères musulmans qui font regarder ces atrocités à leur fils de dix ans, fiers de leur montrer qu'au nom de Dieu, on exécute même des gens venus porter secours. Comme cette jeune femme venue en mission purement humanitaire.

Accoutumance

Dans les films des années 50, les balles de pistolet ne faisaient même pas de trous dans les costumes. Aujourd'hui, les films couramment diffusés à des heures de grande écoute ne sont pas si éloignés de Massacre à la tronçonneuse. Et le danger existe donc de s'accoutumer à la violence extrême et à la fascination qu'elle provoque. Il y a un côté jouissif dans la torture infligée. Incrédule et « bluffé », on se demande jusqu'où peut aller le génie des hommes pour faire savamment souffrir leur prochain.

L'autre danger, c'est de ne plus très bien savoir dessiner la frontière entre des films violents comme Le silence des agneaux ou Seven (les 7 péchés capitaux illustrés de diverses et insoutenables manières), et notre dose mensuelle de décapitations islamistes mal filmées dans un désert lointain. On pousse des cris d'horreur tandis qu'on nous assure que tout sera fait pour retrouver et châtier les auteurs de ces lâches assassinats fermement condamnés. Cela n'empêche pas le spectacle, direct ou indirect, de continuer.

Hélas, contrairement aux jeux vidéo, on n'a pas plusieurs « vies », et certains petits djihadistes s'en sont aperçu, s'ils ont eu la chance de revenir de là-bas. Cette guerre est beaucoup moins exaltante que ce qu'on leur avait vendu.

Contradictions

Enfin, il est piquant de constater que ces tenants de la religion musulmane qui se méfient le plus des images sont experts à les utiliser pour leur propagande ; et ils ne se réfrènent nullement. On serait tenté de dire : il leur sera rendu selon leurs oeuvres. On est en tout cas très loin de la version mystique de l'islam, le soufisme, qui privilégie l'intériorité et le combat contre nos mauvaises tendances. Ici au contraire, tout est dans l'étalage de la cruauté destinée à terrifier. Qu'il s'agisse d'Al Qaïda, de Boko Harem ou de Daech, plus c'est spectaculaire, plus c'est à privilégier.

Comme disait Boris Vian : « Faut qu'ça saigne ! » Et ça fonctionne très bien.

Recevez ce numéro
au format papier

3 €

J'achète ce numéro

Téléchargez ce numéro
au format ePub et PDF

2 €

J'achète ce numéro

Abonnement au magazine Croire et Vivre

Je m'abonne

1.
Ésaïe 53.7.

Commentaires

zombs royale

21 August 2018, à 03:20

Wow really interesting article, may later be able to share other helpful information are more interesting. Thank you!

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...