Face à l’invasion de l’anglais…

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Submergés par des expressions et des termes anglo-saxons dans la vie quotidienne.
Face à l’invasion de l’anglais…
L’anglais est devenu l’idiome hégémonique du monde contemporain.

Le constat

Pour l’Académie française, « les anglicismes d’usage représenteraient environ 2,5 % du vocabulaire courant qui comprend 60.000 mots » (1).
Dans la vie quotidienne, il y a Relay, la maison de la presse des gares, et des smoothies au catalogue d’une grande marque de plats cuisinés surgelés. À la télé, un film optimiste est un feel good movie. Sans oublier sportswear, jeanslim, gloss
Dans la vie de bureau, le globish est utilisé non-stop, à l’oral, et de plus en plus à l’écrit : on dit mail et e-mail, évidemment, mais encore brainstorming, deadline
Dans le monde des affaires, c’est pire, on a résolument pactisé avec l’occupant. Les concepts les plus courants sont formulés en anglais : marketing, benchmark, feedback, booster, business model… Les médias portent une lourde responsabilité. Tel magazine mentionne « les nouveaux lieux trendy », telle radio publique évoque « le côté dark de la famille ».
Notons que ces expressions et mots américains ont tous leur équivalent en français (2).

Dangers

Claude Hagège crie dans le désert depuis des années : « Seuls les gens mal informés pensent qu’une langue sert seulement à communiquer. Une langue constitue aussi une manière de penser, une façon de voir le monde, une culture. (…) l’anglais est porteur d’une certaine idéologie néolibérale. Et celle-ci menace de détruire nos cultures » (3).
Emmanuel Jaffelin signale un autre danger : « Le recours aux vocables anglomorphes couperait le salarié de sa famille et de la société, en l’immergeant dans un imaginaire de pacotille censé lui donner l’impression d’appartenir à une autre famille, l’entreprise » (4).

Que faire ?

D’abord rappelons-nous qu’il y a des lois (5). Pourquoi ne pas commencer au moins par les appliquer ?
Il est vrai que ce sont les professionnels de la communication qui doivent surtout se remettre en cause. Claude Hagège (6) nous dit que les élites espéraient en adoptant la langue de l’envahisseur « en tirer parti sur le plan matériel, ou s’assimiler à lui pour bénéficier symboliquement de son prestige ». De là elles en sont venues peu à peu à se convaincre « de l’infériorité de leur propre culture... » Piège dangereux et qui fonctionne toujours !

Pourquoi toujours accuser les autres ?

C’est surtout aux locuteurs du français qu’il convient de réagir car personne ne les force à accepter l’anglicisation de leur langue ! Commençons donc par ne pas acheter un produit dont la publicité est en anglais, ne rentrons pas dans un shop, seulement dans une boutique… Car, dit Michel Serres « dès lors que les publicitaires et les commerçants auront 10 % de moins de chiffre d’affaires, ne vous en faites pas, ils reviendront au français » (7).
Et commençons par nous interdire à nous-mêmes ces paresseux tics quotidiens que sont un mail, du shopping, too much et tant d’autres…
(1) http://www.academie-francaise.fr/questions-de-langue
(2) Laurence Cossé, Soumission, La Croix, 7 septembre 2016.
(3) L’Express, le 28 mars 2012.
(4) Emmanuel Jaffelin, Petite philosophie de l’entreprise, François Bourin, 2012.
(5) Comme en France, la Loi nº 94-665 du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française, dite « Loi Toubon », le décret nº 96-602 du 3 juillet 1996 relatif à l’enrichissement de la langue Française et l’arrêté du 17 novembre 2009 relatif aux missions et à l’organisation de la délégation générale à la langue française et aux langues de France. Merci à Siméon Loncke pour les informations communiquées.
(6) L’Express, le 28 mars 2012.
(7) La Dépêche du Midi, Michel Serres : « Je lance un appel pour faire la grève de l’anglais », 3 octobre 2013.

Vous aimerez aussi

L’espoir et la joie pour les victimes de l’esclavage sexuel. La première...
Ne subissez pas la coupe du monde de football… Choisissez votre manière de...
« Le bon vieux temps » ne s'est jamais aussi bien porté. La nostalgie est à...
Quand l’économie écrase des êtres humains… Je n’aime pas enfoncer ce...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...