Je me sentais esclave du petit écran

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Je me sentais esclave du petit écran
Depuis mon enfance, la télévision a toujours fait partie de ma vie : comme dans beaucoup de foyers, choisir un programme à la télé créait souvent des disputes avec mes frères et ma sœur. Nous n’avions qu’un seul poste à la maison et j’aimais quand mon père partait travailler car, au lieu des informations, nous regardions la série « Madame est servie ». J’avais à l’époque un rêve secret : être hospitalisée pour avoir une télévision pour moi et pouvoir regarder tout ce que je voulais !

Fausses satisfactions

En grandissant, j’ai eu davantage l’opportunité de regarder ce que je voulais et j’ai alors compris que rester devant un écran était en réalité très abrutissant et ne procurait que rarement une réelle satisfaction. Lorsque je me suis installée dans mon premier appartement, j’ai acheté une petite télévision car je ne voulais pas que cela prenne trop de place dans ma vie. Je la regardais alors régulièrement et certaines fois cela pouvait durer plusieurs heures.
Les vendredis soirs en particulier, après une semaine éprouvante, j’allumais mon écran et après un premier programme, je zappais sur un second, puis un troisième, cela jusqu’à regarder des émissions de plus en plus stupides, jusqu’au milieu de la nuit ! J’étais si fatiguée que j’avais la « flemme » de me lever pour rejoindre mon lit !
Après de telles soirées, je me sentais réellement « abrutie » et esclave de ce petit écran. Mais je ne voulais pas m’en séparer, et je me disais : « Il faut que j’apprenne à choisir de bons programmes, et surtout que je sache appuyer sur le bouton “off” ».

Sans regret

Un jour, j’ai capitulé en prenant la décision de me séparer de mon téléviseur, car j’étais convaincue que c’était la seule solution pour faire cesser cette perte de temps et ce « lavage de cerveau ».
Après cette difficile décision, j’ai réalisé que ma télé ne me manquait pas. Bien au contraire, cela me permettait de faire d’autres activités, comme cuisiner, lire, ou voir des amis.
Aujourd’hui, lorsque je regarde la télé chez des amis ou dans ma famille, je suis vraiment heureuse d’en être débarrassée car les programmes – entrecoupés de publicités qui durent de plus en plus longtemps – me semblent de plus en plus abêtissants.

Vous aimerez aussi

Propos recueillis par Chantal Villageon. Yannick, jeune informaticien de 25...
Monique avait choisi le suicide car personne ne pouvait répondre à ses...
Mon premier souvenir de racisme J’avais accueilli une nouvelle camarade dans...
Aujourd’hui, Jocelyne réalise son rêve. Elle peut enfin donner car elle a...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...