Manifeste bleu

Extrait
Note : 40
( 1 vote )

Le premier jet du Manifeste bleu a été rédigé en 2013 par Shafique Keshavjee. Ce texte a fait l’objet d’une consultation auprès d’une cinquantaine de personnes plus ou moins proches de la couleur théologique du Manifeste . De nombreuses critiques, nuances, pratiques et aspirations ont ainsi pu être intégrées. Le document a aussi été affiné par les apports des participants aux trois retraites qui ont eu lieu à Saint Loup entre 2013 et 2015. Un groupe de rédaction composé d’Anne-Marie Fatzer, de Hetty Overeem, de Martin Hoegger et de Gérard Pella a accompagné et enrichi le processus pour donner la forme finale à ce texte. Ainsi ce document, rendu public le 14 avril 2016, est en lui-même le fruit d’un travail communautaire de réflexion, de prière et de recherche de consensus.

 Manifeste bleu

Préambule : Avec l’aide de Dieu 

Les Bleus, une couleur dans l’Eglise réformée

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le. »

( Marc 9/7)

Nous, quelques laïcs et ministres de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV), en communion avec des laïcs et ministres d’autres Eglises réformées (cantonales, ethniques) et d’autres Eglises chrétiennes (catholiques, évangéliques, orthodoxes), nous nous sommes réunis en retraite à St Loup (1) , dans la commune de Pompaples appelée Le milieu du monde, pour prier et pour discerner ce que nous pouvions dire ensemble des vérités et valeurs évangéliques (2) qui nous lient et qui orientent nos engagements.

Nous reconnaissons les forces et les faiblesses des structures ecclésiales existantes et ne cherchons pas à en sortir. C’est dans l’Eglise évangélique réformée que nous tenons à confesser et à vivre la foi chrétienne qui nous est commune.

Nous reconnaissons que l’Eglise se décline en de multiples couleurs et que, parmi celles-ci, nous représentons une des couleurs, couleur qui elle-même se décline en de multiples nuances.

Nous valorisons les apports positifs d’autres couleurs: la couleur liturgique nous apprend la beauté des paroles cultuelles du passé et du présent ; la couleur socio-politique, l’importance d’un Evangile incarné dans les préoccupations sociales, économiques, politiques et écologiques de nos contemporains ; la couleur libérale, l’importance d’un dialogue fécond avec la culture ; la couleur charismatique, la nécessité de toujours mieux nous ouvrir à l’Esprit saint et de valoriser les dons de chaque fidèle...

Et nous nous réjouissons de la diversité qui existe au sein de notre propre réseau !

La présentation de ce Manifeste bleu (3) a une triple fonction:

  • mettre en lien ceux qui partagent ces vérités et valeurs
  • susciter un débat avec ceux qui ne les partagent pas (ou pas toutes)
  • favoriser de nouvelles relations de confiance.

...

1. Ces retraites ont eu lieu les 8 et 9 novembre 2013, les 9 et 10 mai 2014, le 9 janvier, le 20 mars et le 29 mai 2015.

2. Pour le sens donné à «évangélique» dans ce Manifeste, lire la notice en fin de document.

3. Le bleu est la couleur du ciel et de l'eau. Symbole de l'infini et de la fidélité, le bleu rappelle le lien vital entre le ciel et la terre. Nous nous souvenons aussi qu'au "Milieu du monde", où nous avons élaboré ce manifeste,  les eaux se partagent entre le Nord et le Sud.

Vous aimerez aussi

Proximité et dépendance. Au cours des siècles, les chrétiens ont été...
Introduction Certains pensent parfois que l’Église primitive était pure,...
Introduction ((Cet article a paru en 1979 dans Hokhma, N° 12 (pour la première...
Le sujet de l’engagement social du chrétien et de l’Église a été...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...