Abus spirituels dans la communauté

Extrait Psychologie et vie chrétienne

Nos communautés chrétiennes ne sont malheureusement pas à l’abri d’abus spirituels. Dans une communauté chrétienne, rassemblant des gens venant de multiples horizons, de maturités, de fragilités ou d’âges aussi divers que variés, le pasteur doit être tout particulièrement attentif aux dérives autoritaires qui peuvent être assimilées à des abus spirituels. Dans cet article, le psychologue Francis Mouhot explique ce qui constitue un abus spirituel, quelles sont les personnalités des abuseurs, comme des suiveurs. En cela, il pose certains jalons qui pourront, le cas échéant, aider pasteurs et membres d’Église à identifier les abus éventuels et à sortir d’un système oppressif. 

Abonnement aux Cahiers de l'École pastorale

Je m'abonne

Abus spirituels dans la communauté

1. Quelques définitions

Avant de parler d’abus spirituel, je vais commencer par parler d’autorité. Le dictionnaire donne deux définitions de ce mot :

  • Le droit de commander, le pouvoir, reconnu ou non, d’imposer l’obéissance. Synonymes : domination, force, puissance.
  • Une supériorité de mérite qui impose l’obéissance sans contrainte, le respect, la confiance. Synonymes : ascendant, considération, influence, prestige. 

Pour moi la première définition correspond au pouvoir et la seconde à l’autorité. Pendant des siècles, on a confondu autorité et pouvoir et cela a conduit à tous les abus que l’on sait. L’homme moderne a finalement rejeté Dieu et l’autorité, au motif que cette dernière est illégitime. La Bible affirme que toute autorité vient de Dieu(1), mais elle fait une différence radicale entre autorité et pouvoir. Le Christ qui a reçu toute autorité dans le ciel et sur la terre(2), se refuse jusqu’au bout à exercer son pouvoir. Il se laisse tuer. L’autorité est une influence légitime et reconnue. Elle fait appel à la confiance, car sans elle, le pouvoir n’est que contrainte. L’autorité s’accompagne d’un pouvoir qui fait respecter les règles. Le pouvoir peut être détenu sans l’autorité, il peut même être exercé par le seul usage de la force. Dans ce cas il se passe du droit.

Pour Mucchielli(3) : « le fait qu’un groupe s’organise, se donne des buts, se met à exister comme groupe, donne naissance à l’autorité, celle-ci étant un aspect inévitable et normal de la structure elle-même. C’est une fonction collective qui est un pouvoir de régulation et de contrôle des conduites ». L’autorité est l’opposé de l’anarchie qui signifie absence de commandement, absence de loi et de règles. Lorsqu’on laisse un groupe de personnes s’autogérer, on crée une grande insécurité, l’angoisse risque de créer des clans, des leaders autoritaires.

Pour un pasteur, avoir de l’autorité c’est permettre à chaque membre de trouver sa place dans la communauté, de développer ses potentialités et établir des relations harmonieuses avec les autres membres. Mais celui-ci doit se souvenir que toutes les autorités sont des autorités par délégation, puisque l’autorité vient de Dieu. Lorsque nous exerçons une autorité, nous devons nous rappeler que ce n’est pas nous qui faisons la loi. Nous en sommes les gardiens, les représentants, chargés de la faire respecter, c’est notre responsabilité. 

La psychopathologie de la relation d’autorité est la toute-puissance, le pouvoir absolu d’un individu ou d’une minorité utilisant la contrainte pour satisfaire ses intérêts.

L’abus, dans le Larousse signifie : « excès préjudiciable à la collectivité, à la société ; injustice causée par le mauvais usage qui est fait d’un droit, d’un pouvoir ».

L'abus de pouvoir peut se traduire par des actes d'intimidation, de harcèlement, de menace, de chantage, de coercition... Ce phénomène peut s’observer dans des communautés, des associations qu’elles soient chrétiennes ou non, dans des Églises.

L’abus spirituel est alors l’abus de pouvoir d’une personne ayant une fonction spirituelle ; le mauvais usage que certains pasteurs, prêtres ou responsables, font de leur pouvoir.

C’est lorsqu'une personne profite de sa position pour en dominer psychologiquement et spirituellement une autre, en la privant de son autonomie et de son libre arbitre.......

Auteurs
Francis MOUHOT

L'accès au reste de cet article est protégé.

Achetez cet article pour le lire en intégralité ou le télécharger en PDF.

Recevez ce numéro
au format papier

7 €

J'achète ce numéro

Téléchargez ce numéro
au format ePub et PDF

5 €

J'achète ce numéro

Abonnement aux Cahiers de l'École pastorale

Je m'abonne

1.
Paul, en Romains 13.1, écrit : « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures, car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu et les autorités qui existent ont été instituées par Dieu ».
2.
Matthieu 28.18.
3.
R. Mucchielli, Psychologie de la relation d’autorité, Paris, ESF, 1991, p. 22.

Informations complémentaires

Francis Mouhot est psychologue à Paris.

Vous aimerez aussi

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...