Prédication: La plénitude en Christ - Col 2.6-15

Extrait
Note : 40
( 1 vote )

Cette prédication est née d'un défi que mon épouse m'a lancé, après avoir médité ce texte dans le cadre des lectures suivies proposées par la Ligue (pour la Lecture de la Bible). Comment, en une demi-heure de temps, mettre en valeur les principaux thèmes de ce texte si dense, sans « semer » ses auditeurs ? Pour un tel exercice, cela valait la peine de sortir le texte grec, d'en analyser la structure et de dégager les articulations. Le « sécateur » (élément indispensable dans la « caisse à outils » du prédicateur) a dû faire une taille serrée dans la matière.
Ce message a été donné seul et sans suite. Normalement, je prendrais un paragraphe de lettre de Paul plus court, afin de pouvoir développer la réflexion de manière moins serrée, et je ferais une série de messages sur la lettre.
Si je devais utiliser à nouveau ce message, je changerais peut-être l'ordre des paragraphes : « conversion, libération, pour mieux coller à l'expérience chrétienne. Il faudrait peut-être que je revoie l'introduction, car certains auditeurs ont eu du mal à faire le lien entre la visite de Vienne (plutôt une illustration de la démarche) et le contenu du développement. La conclusion mériterait aussi d'être développée, en évoluant des interrogations actuelles vers des applications pratiques.
Le texte n'est pas complet, mais l'essentiel des idées s'y trouve. La présentation ressemble à celle que j'utilise lorsque je rédige un texte en entier : avec une « bouchée de mots » par ligne, pour donner au message un caractère oral.

Prédication: La plénitude en Christ - Col 2.6-15

Introduction

« Vienne en 48 heures chrono » (chronique entendue à France-Info)
Visiter en 48 heures la capitale de l'Europe baroque (autrefois la capitale du puissant empire austro-hongrois)
Pari impossible ! Un programme assez sportif...
   - la visite du quartier des Musées, de la maison de Mozart,
   - du vieux marché exotique,
   - de l'impressionnant château de Schönbrunn,
   - la montée à pied à la flèche de la cathédrale St Etienne,
   - et en tramway au belvédère,
   - les repas dans les bars et tavernes traditionnels.

« Colossiens 2.6-15 en 30 minutes chrono »... autre pari difficile...
mais passionnant, car le texte est dense et riche.

[Lecture du texte... Colossiens 2.6-15, « la plénitude en Christ »]
Trois mots clés : union, conversion, libération.

Union avec Christ (vv.6-8)

« Vous avez reçu le Christ-Jésus comme Seigneur.
 Eh bien, vivez unis à lui » (v.6, PdV).

Dans ces versets, environ 7 fois « en lui »
 et 4 fois « avec lui » (selon la traduction),
 vous en lui... et lui en vous, par son Esprit.

Comment vivre unis à lui ? (5 impératifs)
* « Soyez enracinés en lui »...
 je pense aux racines du blé qui atteignent 3 mètres (ce qu'on voit n'est que la pointe de l'iceberg !).
* « Soyez fondés en lui »...
 je pense à la maison bâtie sur le roc qui résiste à la tempête.
* « Soyez affermis dans la foi »...
 L'important est de saisir l'essentiel de la foi !
* « Abondez en actions de grâces »...
 La bénédiction n'est pas un aller simple, mais un aller-retour entre Dieu et nous.
* « Prenez garde à la séduction »...
 Attention aux marchands d'illusion !

Comment concevoir cette union ?
 Le mariage en est une image...
  - le mariage tel que Dieu le veut... et non pas comme il est vécu... ou pas vécu, hélas.
  - C'est l'engagement d'un homme et une femme à partager la vie à bâtir un projet de vie commune.
  - C'est une relation intime et exclusive, une complicité profonde.
 Notre relation avec Jésus-Christ ressemble-t-elle à cela ?

Autrefois, pour obtenir la nationalité française :
 - il y avait la solution du mariage blanc...
 - Pas besoin de justifier de vie commune !
 - Il suffisait de passer devant M. le Maire
 - de payer un coup à son partenaire, et « adieu » !

Certains prédicateurs de l'Évangile, de même, proposent à leurs auditeurs une sorte de mariage blanc :
  - Il suffirait de dire « oui » à Jésus du bout des lèvres,
  - pour bénéficier de tous les avantages,
  - mais on n'aurait besoin de rien changer à sa manière de vivre !
 Pas de salut sans « vie commune »... sans union avec le Christ !

Conversion (vv.11-12)

Le mot n'est pas dans le texte, mais la démarche est centrale aux vv.11-12

Un débat entre évangéliques et catholiques :
 - la conversion : démarche unique ou démarche quotidienne ?
 - la conversion : une fois pour toutes ou à renouveler sans cesse ?
 Qui a raison ?

Trois verbes à souligner dans ces deux versets :
 circoncire, ensevelir, ressusciter...
 trois temps passés, trois fois la voix passive…
 trois actes de Dieu dans notre vie...
* « Nous avons été circoncis de la circoncision du Christ ».
  - La circoncision : marque d'appartenance...
  - et aussi blessure dans la chair, rappel constant de son identité.
* « Nous avons été ensevelis avec Christ par le baptême ».
  - L'immersion : puissant symbole de l'ensevelissement,
  - la disparition de la personne que nous étions.
* « Nous sommes ressuscités en lui et avec lui ».
  - À la sortie des eaux du baptême, un nouveau départ dans la vie,
  - grâce à la même puissance qui a ressuscité Jésus.

La vie chrétienne commence
  - par une blessure, un ensevelissement et une résurrection...
  - C'est cela la conversion ! Pas de salut sans conversion...
  - sans cette blessure, cet ensevelissement et cette résurrection !
Pas de vie chrétienne sans mort préalable ! Mais de quelle mort s'agit-il ?
  - Le chrétien est-il comme un cadavre...
  - insensible à la tentation et au péché ?
  - Le péché est-il impossible ? Malheureusement, non !
Le chrétien est gracié...
  - il a reçu une nouvelle vie et une nouvelle identité,
  - Le salaire du péché a été payé, le pouvoir du péché a été brisé.
  - Le péché est impensable !

La vie chrétienne se poursuit de la même manière...
  La démarche de la conversion se renouvelle sans cesse :
    - Le marié enlève-t-il son alliance, et retourne-t-il à sa vie de célibataire ?
          Il est libre de le faire... mais cela n'aurait pas de sens !
    - L'ex-prisonnier remet-il son habit de prisonnier, et retourne-t-il dans sa cellule ?
          Il pourrait essayer, mais il n'aurait rien compris à la valeur de la liberté !
    - L'esclave affranchi peut-il retourner chez son maître, et continuer à le servir ?
          Il pourrait proposer de le faire, mais il n'aurait rien compris, lui non plus, à la valeur de la liberté !

...

 ...

Vous aimerez aussi

Comment est née cette prédication Nourrie par une réflexion d’Étienne...
Cette prédication a été donnée en maintes occasions en raison d’un...
Comment est née cette prédication  L’année dernière fut une année...
Premières impressions face au texte Pour tout dire, je n’avais pas...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...