Je crois ce que je veux du moment que cela me fait du bien

Extrait Définition et idées reçues

Abonnement au magazine Croire et lire

Je m'abonne

On trouve deux éléments importants dans cette affirmation. D’abord, la revendication de croire ce que l’on veut (voir l’article page 43). Elle se justifie par respect pour le cheminement de chacun, mais elle trouve aussi ses limites dans la confrontation avec le réel.

Mais c’est surtout le critère qui nous intéresse ici : « du moment que ça me fait du bien »08 bien etre

Le critère du « bienfaisant » est légitime, parce qu’on sent bien que le but de la vie humaine est de vivre dans le bonheur. Plus que le bien-être, le bonheur ici recouvre un besoin de développement, d’épanouissement, une aspiration à trouver du sens, de la joie, au-delà des besoins purement matériels. Dans cette aspiration humaine, l’exigence que la foi nous fasse du bien est légitime ! Il serait morbide de chercher à se faire du mal…

Le problème survient quand on veut définir « faire du bien ». Qu’est-ce que c’est, faire du bien ?

Faire du bien = être agréable ?

Le sucre est très agréable, voire addictif… Pourtant...

L'accès au reste de cet article est protégé.

Achetez cet article pour le lire en intégralité ou le télécharger en PDF.

Recevez ce numéro
au format papier

8 €

J'achète ce numéro

Ce numéro sera bientôt disponible à l'achat au format numérique.

Abonnement au magazine Croire et lire

Je m'abonne

Vous aimerez aussi

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail nous permet :

  • de vous reconnaitre et ainsi valider automatiquement vos commentaires après 3 validations manuelles consécutives par nos modérateurs,
  • d'utiliser le service gratuit gravatar qui associe une image de profil de votre choix à votre adresse e-mail sur de nombreux sites Internet.

Créez un compte gratuitement et trouvez plus d'information sur fr.gravatar.com

Chargement en cours ...