Un concert qui ouvre les yeux*

Complet
Note : 40
( 1 vote )

Quand la musique ne fait pas que plaire aux oreilles.

Un concert qui ouvre les yeux*

Quand ils entrèrent dans la salle de spectacle, le concert n'était heureusement pas encore commencé.

Il ne restait pratiquement plus de place, si ce n'est au fond, mais une personne certainement préposée à l'accueil semblait les attendre ; quand elle les vit, elle les aborda gentiment et les conduisit devant où deux places leur avaient été réservées.

- Ça, c'est de l'accueil, dit Fabien, enthousiaste. Tu me diras qu'on ne passe pas inaperçus : un Noir et un handicapé, on est vite repérés !

Vincent sourit. Il y a quelques mois, cette remarque l'aurait blessé. Aujourd'hui il n'en était rien, surtout de la part de Fabien.

- Tu as vu un peu le monde qu'il y a, elle est drôlement bien cotée ta chorale, reprit Fabien, impressionné. Je ne pensais pas que le gospel attirait autant de monde. Et puis il y a des jeunes, des vieux, quel public varié, à croire qu'il y en a pour tous les goûts !

Pour sûr, ce n'était pas le même public que celui attiré par les Boys-band des cités. Mais Fabien n'avait rien connu d'autre jusqu'à présent.

Les musiciens accordaient leurs instruments, un piano, un saxophone, une batterie, une contrebasse, un bel orchestre pour accompagner des gospels. Cependant Fabien ne put empêcher de dire en riant :

- Il ne leur manque plus qu'un percussionniste !

Soudain les lumières s'éteignirent pour ne laisser illuminée que la scène. Les conversations s'arrêtèrent aussitôt. Il y eut un court moment de silence et, dans le fond, se fit entendre un chant qui montait vers le devant de la scène comme une prière. Le concert s'ouvrait avec le « Go down Moses ».

La soirée fut extraordinaire. L'interprétation des gospels particulièrement brillante. Ce fut un véritable succès.

Deux heures ininterrompues de chants que le public vécut en osmose parfaite avec les choristes et les musiciens : gospels aux rythmes énergiques où le public était debout et frappait dans les mains en dansant sur place, ou chants plus calmes, tristes parfois, que le public entonnait en même temps que la chorale, avec un certain recueillement. Fabien n'était pas en reste pour ce qui était de frapper des mains et des pieds, bien qu'il ne connaisse pas les chants. Il était heureux !

Il y eut aussi un moment particulièrement émouvant en cette année du cent cinquantième anniversaire de l'abolition de l'esclavage, un temps où la salle fut plongée dans le noir complet, tandis qu'au-dessus des choristes étaient projetées sur grand écran des diapositives sur l'esclavage. Esclavage d'hier qui vida une partie du continent africain de sa population, mais aussi esclavages d'aujourd'hui, à commencer par les enfants travaillant dès l'âge de 5 ans dans les manufactures de textile pour l'exportation de vêtements dans les pays riches, jusqu'à la prostitution des plus jeunes pour l'amusement des touristes, particulièrement dans les pays asiatiques. Quelques diapositives en fin de projection rappelaient aussi que l'esclavage existait jusque dans les pays occidentaux où de jeunes étrangers étaient soumis à des travaux inhumains et pénibles et ce, à l'insu de tous.

Quand les lumières se rallumèrent, le public était debout pour ovationner les chanteurs.

Après ce moment d'émotion, Madame Alvin prit la parole pour lire un passage de la Bible, un livre qu'elle présenta comme la source première d'inspiration de tous les gospels.

Elle lut alors ce passage de l'épître de Paul aux Galates, chapitre 5 v.1 : « Le Christ nous a libérés pour que nous soyons vraiment libres. Demeurez donc fermement dans cette liberté et prenez garde de ne pas redevenir esclaves ». Elle donna ensuite ce commentaire : l'esclavage continue dans le monde. L'homme n'est pas libre. Il est esclave du mal chaque fois qu'il fait souffrir et exploite ses semblables, chaque fois qu'il commet des injustices, qu'il trompe et qu'il trahit ses frères, les hommes. C'est parce que l'homme refuse de connaître Dieu, et de vivre selon l'amour qu'il lui a témoigné, qu'il continue ainsi de vivre comme un rebelle dans la révolte, la colère et la violence. Et le monde qu'il habite va toujours aussi mal.

Qu'il se tourne donc vers Dieu et alors il sera réellement libre, libéré de la peur de l'avenir, de la peur de ses voisins, de la peur de la différence. Voilà le principal message de ces chants gospel et particulièrement celui de John Newton qui découvrit l'amour de Dieu et le pardon reçu en Jésus-Christ malgré tout le mal commis en tant qu'ancien trafiquant d'esclaves, et tout cela uniquement par grâce.

Vincent fut particulièrement touché par les paroles de Madame Alvin. Il saisit enfin pleinement le sens du chant écrit par John Newton(1), et comprit ce que signifiait être touché par la grâce de Dieu.

Ce fut ce soir-là que Vincent réalisat alors que lui aussi venait d'être touché par cette même grâce, et qu'il pouvait faire sienne à présent cette parole de John Newton :

« Autrefois j'étais perdu, mais maintenant je suis retrouvé, j'étais aveugle, mais maintenant je peux voir ».

Ce soir-là, Vincent venait de se rendre compte qu'il était croyant.

 

 

1. Il s'agit du chant « Amazing grace ».

* Extrait du livre L'Enfant ressuscité de Corine Fensch-Fines avec l'aimable autorisation de l'éditeur. Éditions La Cause. Disponible sur www.lacause.org

Vous aimerez aussi

Georges Mary interviewe Jacky Barbier. Qu’est-ce qu’un « Bouge ta Ville »...
Difficile de voir son enfant malade ou handicapé. Et pourtant… Mon fils...
Propos recueillis par Anne-Marie Delaugère.À quel moment peut-on parler de...
Bien des raisons peuvent motiver une personne à élaborer son arbre...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...