Terminée la violence !

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Je m’appelle encore Winter* mais ma vie n’est plus un hiver.
Terminée la violence !
Je suis aujourd’hui en paix malgré toutes les bêtises que j’ai faites. Je n’ai plus peur de l’avenir. Je vis quelque chose d’époustouflant avec Dieu.

La peur de mon enfance

J’ai grandi avec une curieuse impression que quelqu’un avait tout le temps les yeux posés sur moi. Mon père priait parfois, mais la sorcellerie était également présente à la maison. Quand il m’arrivait de prier, c’était seulement pour supplier Dieu de ne pas m’envoyer en enfer. J’avais peur de la mort et de ce qu’il y a après.

Mes années de délinquance

La violence était le quotidien dans notre famille : cris, injures, coups… En pension à la DASS, j’ai rencontré là aussi de grandes violences. Vols, deals de drogues, gardes à vue sont devenus mon quotidien. Mes besoins devaient être assouvis à tout prix. J’agissais sans réfléchir, même si je savais au fond de moi que ce n’était pas bien. J’exprimais ainsi ma colère envers ma vie, ma situation, ma solitude, mon manque d’amour…

Découverte de l’islam

Je pensais que Dieu était trop occupé pour nous écouter. Quand on m’a présenté l’islam, ça m’a plu de savoir que je pouvais parler à Dieu directement. Sans domicile fixe à ce moment-là, j’ai été chaleureusement accueilli par une communauté. J’ai étudié de façon approfondie l’islam. J’y ai adhéré même si certaines choses me choquaient, surtout la violence et l’interdiction de douter. J’avais toujours peur d’aller en enfer et je n’étais même pas sûr que je plaisais à Dieu.

Une rencontre décisive

Un jour, un collègue me pose une question curieuse : « Comment vis-tu ta foi en Dieu ? » Je lui expose alors de façon très animée mes convictions. En retour, je le questionne sur sa foi chrétienne. Il me répond toujours avec calme et patience, ce qui finit par me déstabiliser. Mais comme il est interdit de douter dans l’islam, je m’éloigne de lui. Je change même la puce de mon portable pour ne plus l’avoir au téléphone.

Recherches et confrontations

J’ai écouté beaucoup de débats entre chrétiens et musulmans. Les musulmans avaient des arguments historiques et scripturaires alors que les chrétiens parlaient tout le temps de l’amour de Dieu. Un matin, troublé par le cauchemar que je venais de faire, j’ai récité spontanément le Notre Père que j’avais appris durant mon enfance. Cela m’a rassuré. Étonnamment, j’ai éprouvé le besoin de réciter cette prière chrétienne après toutes mes prières musulmanes.

Tu te trompes de dieu

J’étais très perturbé. Je me sentais oppressé et mal à l’aise, surtout lors de mes prières musulmanes. J’étais perdu. Dans mon désespoir, un cri à Dieu sort de ma bouche : « Si tu veux, toi, viens me chercher… » Un soir, alors que je rattrapais toutes mes prières musulmanes de la journée, une pensée presque audible s’impose à moi : « Tu te trompes de dieu. » C’est comme une révélation. Je suis convaincu, je ne peux plus lutter avec ce mal-être. Dieu me tend la main.

Le premier effet sur ma famille

Le lendemain, j’annule mon mariage musulman prévu dans les jours suivants. Ma compagne et moi fréquentions régulièrement la mosquée avec nos enfants. En apprenant cette décision, elle est en colère et pense sérieusement à me quitter.

La découverte

Je me suis plongé dans la Bible. J’y ai découvert ma valeur aux yeux de Dieu, tout son amour pour moi. J’ai réalisé qu’il a donné ce qu’il avait de plus cher pour nous : Jésus, son fils. Je me demande toujours comment il fait pour m’aimer. Quel cadeau de savoir que toutes mes erreurs du passé sont pardonnées, effacées comme une ardoise avec un chiffon. Et même aujourd’hui quand je dérape, je sais qu’il me pardonne. J’ai aussi réalisé que Dieu souffre que nous ne comprenions rien du cadeau qu’il veut nous offrir : le pardon de nos péchés et la paix avec lui pour l’éternité.

Le printemps, la nouvelle vie

Avant de rencontrer Dieu, je corrigeais durement mes cinq enfants. Dieu a façonné mon caractère et si je dépasse les bornes, il m’interpelle et je sais aller demander pardon à mes enfants. Parfois sur le temps du midi, au travail, je prends ma Bible et un sandwich et je m’isole pour prendre du temps avec Dieu. Je ressens sa présence et sa paix. C’est du concret et le temps passe trop vite. Ma vie a totalement changé.
Cette transformation a aussi touché ma compagne. Elle est restée avec moi et Dieu l’a aussi attirée à lui. Quel bonheur et quel privilège de pouvoir partager cela en famille.
*« Winter » veut dire hiver en anglais.



Vous aimerez aussi

Pendant longtemps, je n’ai pas accordé d’importance à ma vie. Rien ne...
Dégoûté de la religion, René a fait l’expérience de vraies rencontres...
Quand des pratiques apparemment anodines virent au cauchemar. Pendant toute mon...
Heureux et reconnaissant, malgré un départ dans la vie très difficile. Issu...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...