Eschatologie et Ancien Testament à l’époque de la Réforme : quelques commentaires sur le livre de Daniel

Extrait
Note : 40
( 1 vote )
Eschatologie et Ancien Testament à l’époque de la Réforme : quelques commentaires sur le livre de Daniel
Pour repérer dans l’interprétation de l’Ancien Testament la pensée eschatologique d’un auteur, le livre de Daniel paraît un point d’observation privilégié (1) . Il l’est d’autant plus que la citation dans le discours eschatologique de Jésus (Mt 24,15) et les reprises dans l’Apocalypse (notamment chap. 13) invitent à lire dans sa prophétie, non seulement l’annonce d’événements révolus lors la première venue du Christ, mais aussi des développements ultérieurs. L’observation portera principalement sur les textes traditionnellement associés à la figure de l’Antichrist : la corne adventice de la 4 e bête du chapitre 7 (vv. 8, 20-27), la dernière corne du bouc au chapitre 8 (vv. 9-4, 23-25), la fin des chapitres 9 (vv. 26-27) et 11 (vv. 36-45).

On a choisi de limiter l’enquête à la Réforme dite magistérielle, et de l’aborder à partir de trois ouvrages parus à Genève dans les années 1550-1564, période présentée par Paul Chaix comme « l’âge héroïque de l’imprimerie réformée militante à Genève. » (2) Après la censure infligée dans le royaume de France aux ouvrages protestants, Genève est devenu un lieu stratégique de diffusion de la pensée de la Réforme. L’édit royal de Châteaubriant du 27 juin 1551 ne s’y trompe pas, qui cite à maintes reprises le nom de Genève, interdisant d’importer les livres qui y sont publiés, quels qu’ils soient (3) , retirant aux « porte-paniers » (colporteurs) la vente des livres parce qu’ils en diffusaient sous le manteau « venant de Genève et autres lieux mal famés» (4) , allant jusqu’à faire arrêter et punir tout porteur de lettre venant de Genève (5) et ordonnant la saisie des biens meubles et immeubles de toute personne s’y étant expatriée (6) . La sévérité de la loi trahit une certaine impuissance à en faire respecter les dispositions. Les livres continuent à se vendre faisant la fortune de l’édition genevoise. Trois des principaux éditeurs de la place, Conrad Bade (1525-1562), Jean Crespin (1520-1572) et Robert Estienne (1503-1559) sont des transfuges récents de Paris.
...

1. Cf. par ex. Robin B. Barnes, « Eschatology, Apocalypticism, and the Antechrist », sous dir. David M. Whitford, T and T Clark Companion to the Reformation Theology , New York, Bloomsbury, 2012, p. 239 ; il souligne l’importance des livres de Daniel et de l’Apocalypse.

2. Paul Chaix, Recherches sur l’imprimerie à Genève de 1550 à 1564 , Genève, Slatkine, 1978 (repr. de l’éd. de 1954), p. 9.

3. « Nous avons très expressément défendu et défendons par cesdites présentes à toutes personnes, soient nos subjects et autres quelconques, d’apporter en noz royaumes et pays de nostre obéissance aucuns livres quels qu’ils soient, de Genève et autres lieux séparez de l’union et obéissance de l’Église et Sainct-Siège apostolique, sur peine de confiscation de biens et punition corporelle. » Cité d’après Eugène et Émile Haag, La France protestante, Pièces justificatives , Paris, Joël Cherbuliez, 1858, p. 20.

4. Op. cit . p. 22.

5. Op. cit. p. 27.

6. Ibid . La confiscation peut même s’étendre aux biens de la personne qui aurait acquis les biens de l’exilé en sachant quel était son projet !

Vous aimerez aussi

Traduction de  Dany Pegon de « Larnaca Statement ». Voir la publication en...
La Réforme représente un changement radical et essentiel dans la relation du...
« La question éthique est au cœur du premier évangile » . Pour...
Joël Reymond : «  Reconnectés à nos racines juives - perspectives...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...